Au fil des découvertes

Prestige Nº 122, Juillet 2003

 

…L’épave de l’avion mystérieux

130Acd

©Prestige / Simon Nadim

Gladiator II de la RAF

Des témoignages de père en fils. Des pêcheurs de ce village côtier parlent d’un avion touché en pleine Seconde ­Guerre mondiale et transformé en boule de feu, témoignages qui passent dans la légende jusqu’au jour où, plus d’un demi-siècle plus tard, en plongeant au large de la côte, on a trouvé une épave gisant par 12 mètres de fond. Mais quelle est donc l’identité de cet avion mystérieux?

168APM

©Prestige / Simon Nadim

 
Le plongeur en apnée saisit fièrement l’hélice comme un trophée. Indice de plus: l’hélice de métal qui remplaça les pales de bois des premières versions du Gladiator.
 
 

l’énigme reste entière. Cet avion coulé au large du Liban serait-ce un Gladiator II, le chasseur mythique de la Royal air force?

168BPM

©Prestige / Simon Nadim

 
Fleuron des cieux, aujourd’hui refuge de la faune marine.
 

Photos: Simon Nadim

…Le vaisseau fantôme de Batroun

131APH

©Prestige / Simon Nadim

 
L’église séculaire de Mar Estephan construite par les pêcheurs d’éponge, sera témoin du drame.
 
 

L’histoire du cap’tain michel… De cette épave que nous avions explorée, nous ne savions qu’une chose: un bateau transportant du ciment des carrières du Liban-Nord avait échoué l’été 1937. Une enquête s’imposait, elle nous conduisit au Mina de Batroun. Notre conteur avait été engagé soixante ans plus tôt, par le cap’tain Michel pour plonger à la recherche de son bateau. C’est la vantardise et la négligence qui ont été responsables du drame et de la mort de deux marins. Ironie du sort: encore visible dans le fond marin la surcharge des cinq tonnes de ciment…

131BPH

©Prestige / Simon Nadim

La proue du bateau

  

Une mer qui se déchaîne une erreur humaine. Des vies perdues et un bateau qui repose au large des côtes du Liban-nord

131CPH

©Prestige / Simon Nadim

Encore visibles, les sacs de ciment, charge supplémentaire sans doute responsable de la tragédie.
 

131BCDPH

©Prestige / Simon Nadim

Dispositif pour remonter l’ancre.
 

Photos: Simon Nadim

Saidoun la cité engloutie

La surprenante découverte de Mohamed el Sarji, les vestiges d’une île-cité au large de Saïda: serait-ce l’antique Saïdoun?

C’est au Louvre sur le sarcophage du roi des Sidoniens ­eshmounazor… que commence l’enquête. L’inscription sur le sarcophage en basalte découvert en 1855 fait clairement allusion à deux Sidons l’une terrestre, l’autre maritime: «… Nous avons construit le temple des dieux, le temple d’Astarté dans la Sidon Maritime et nous y avons installé l’Astarté-Ciel-Magnifique…» La découverte d’une gigantesque sculpture par Mohamed el Sarji semble étayer la thèse: serait-ce la fameuse statue d’Astarté? Dans ses recherches, Sarji collabore avec Youssef Hourani, docteur en Histoire des Civilisations… Les points d’interrogation subsistent,  des recherches officielles ne devraient-elles pas être menées pour jeter la lumière sur Sidon Maritime qui a défié tant de conquérants et rendu à nos ancêtres l’hommage posthume qu’ils méritent?

132Acd

© Mohamed el Sarji

Sarcophage du roi Sidonien Eshmounazor. Musée du Louvre.
 
 
193CPH
 

 © Mohamed el Sarji

Pilier de granit dans la zone du puits.
 
 
196APH
 

 © Mohamed el Sarji

La Grande Place de la Cité engloutie. Dimensions des dalles: 2m x 1m
 
 
195DPH
 

© Mohamed el Sarji

Serait-ce la statue de la déesse phénicienne Astarté, citée sur le sarcophage, au Louvre?
 
 

Photos: Mohamed el Sarji

Le Sous-marin Le Souffleur

Après de nombreuses promenades vers l’épave du sous-marin français coulé en 1941 par 36 mètres de fond au large de khaldé, nous avons repris toute son histoire depuis le chantier naval de Toulon.

114APH

© Prestige / Simon Nadim

La tourelle du sous-marin à jamais figée dans le temps.
 

Le souffleur. Ce type «Requin» a été construit entre 1924 et 1928. 78.25 mètres de long, 10 tubes torpilles, canon 100m/m, double mitrailleuse 20m/m et sa vitesse pouvant atteindre 16 nœuds à la surface. Eté 1940. Le gouvernement de Vichy, allié de l’Allemagne, prend le pouvoir en France. Avril 1941. Le Souffleur commandé par le lieutenant de vaisseau Lejay est dépêché à Beyrouth, pour rejoindre la division marine du Levant. Mission: surveiller les côtes libanaise et ­syrienne. Juin 1941: les Britanniques et les Forces de la France Libre contre-attaquent. Entre le 8 et le 11 juin, le Souffleur multiplie ses sorties contre les destroyers britanniques. Le 24 juin le Souffleur sort en mission. Ce sera sa dernière.

114CPH

© Prestige / Simon Nadim

Sas du sous-marin.
  

Photos: Simon Nadim

Tortue de mer au Liban: une leçon de survie

148APM148CPM

© Mohamed el Sarji

Imaginez une histoire qui remonte à 100 millions d’années. L’histoire d’un animal qui a réussi là où les tout-puissants dinosaures ont échoué: survivre, malgré tous les bouleversements climatiques. Aujourd’hui, la tortue est une espèce en voie de disparition, le grand responsable est l’homme et sa main destructrice. La tortue nous fascine tant par son instinct de survie que par son autonomie. Dès sa naissance, ­elle doit se débrouiller toute seule pour sortir de sa coquille, émerger du nid et progresser péniblement pour rejoindre la mer bravant tous les dangers: chiens sauvages, crabes, chaleur écrasante du soleil…

La tortue, cette méconnue,  risque sa vie sur les plages du Liban.

149APM

© Mohamed el Sarji

Evénement de bon augure: au mois de juin elles sont retournées pondre sur notre littoral

135DPH

© Prestige / Simon Nadim

Grand retour des green turtles et ­logger­head. Nous sommes allés photographier les tortues en train de pondre avec l’équipe de Mohamed el Sarji qui n’épargne aucun effort pour la protection de l’environnement. Pour pouvoir se reproduire, il faudra à la tortue survivre jusqu’à 50 ans… Fait étonnant: les femelles reviennent toujours à la plage de leur naissance, exactement au même lieu, pour pondre leurs œufs. Elles attendent la nuit, scrutant la plage à partir du large, guettant un quelconque signe de danger. Protégée par l’obscurité, la tortue remonte lentement la plage, avançant sur plus de 5 mètres, pour y creuser son nid au moyen de ses pattes arrière. Durant la ponte, elle se trouve dans un état de transe. Une fois terminée, elle recouvre ses œufs. Puis épuisée, elle retourne d’un pas pénible vers la mer.

135BPH

© Prestige / Simon Nadim

La femelle revient toujours sur le lieu de sa naissance, exactement la même plage…pour y pondre ses œufs.

Photos: Simon Nadim