Sydney: Vision du XXIe siècle

Prestige N° 121, Juin 2003

  

Sydney n’est pas la capitale de l’Australie mais elle est capitale au cœur des Australiens, avec son Opéra, monument à la gloire des arts lyriques, symbole de la cité comme la Tour Eiffel à Paris, le Colisée à Rome, la statue de la Liberté à New York.

96APM

© Prestige / Bassam Lahoud

Saviez-vous que l’Australie est la ville la plus urbanisée du globe? 90% cent de la population vit dans une ville. La plus peuplée, c’est Sydney. Pour nous, ville du bout du monde, pour les Australiens, c’est le centre du monde. Avec sa silhouette si particulière, reconnaissable entre toutes, qui semble s’élancer vers le ciel et l’océan, Sydney est une cité entrée bien avant le reste de la Planète dans le XXIe siècle….Vingt mille ans plus tôt, les  aborigènes se sédentarisent autour de la baie de Sydney, la région est si riche en ressources naturelles. Ils peuvent y assurer leur survie. Leur vie culturelle se développe, s’enrichit. Bien des siècles plus tard, au XVIIIe siècle, le gouverneur britannique Phillip veut établir le contact avec les indigènes. Il aura recours à un certain Bennelong, qui s’avère excellent interprète… de langues et de musique. Il se produira même à Londres! Comme un hommage à ce premier musicien aborigène, l’Opera House, chef-d’œuvre moderne se dresse aujourd’hui sur le site des Anciens et ses murs racontent en fresques la vie singulière de Bennelong.

98-APM

© Prestige / Bassam Lahoud

 
L’Opera house n’a pas simplement modifié le paysage de Sydney, il lui a offert une nouvelle identité culturelle et a été un tournant artistique essentiel pour la Cité. La magnificence de l’édifice a dépassé les attentes de ceux-là même qui l’avaient imaginé.
  

C’est là que se jouent les plus grands spectacles du monde. 2.500 tous les ans pour un million et demi de spectateurs! Son architecture combinée à la beauté du site en a fait un symbole auquel se sont attachés les Australiens. L’Opéra est avec sa promenade, ses boutiques, ses cafés, ses restaurants, le «cœur» battant de la Cité, le lieu de rencontre des gens de Sydney et… la destination de plus de quatre millions de touristes.

C’est en 1940 que le besoin d’un opéra se fait sentir. A l’époque, il n’existe pas une seule salle de concert. Il faudra quarante ans pour compléter le projet, pour que se concrétise le rêve du britannique Eugene Gossen à qui l’on a confié la direction de l’Orchestre Symphonique de Sydney. Il finit par convaincre les officiels de la nécessité de construire une salle d’opéra, l’acoustique de la mairie de Sydney laissant à désirer. Lors du mandat du Premier ministre Cahill, on envisage sérieusement la question et on propose 31 sites. Le Bennelong Point remporte les suffrages. On lance la compétition, pas moins de 233 architectes entrèrent en lice, un jeune architecte danois Jorn Utzon est choisi. Ses esquisses sont si simples, si théâtrales. Un seul coup d’œil et le jury est convaincu: ce projet incarne le concept de l’Opéra, appelé à devenir l’un des plus imposants édifices du monde.

1957. Jorn visite l’Australie pour la première fois. Il décrit sa vision de l’Opéra de Sydney: une construction fonctionnelle, festive, inspiratrice, qui accueillera la «vie», et rehaussera le visage de Sydney. Sa source d’inspiration: les temples maya. «Je ne voulais pas d’un carré mais d’une sculpture. Ce sera comme regarder une église gothique, on ne s’en lassera pas, et à chaque fois que l’on passera devant, on découvrira un nouveau détail de plus, une lumière.» Mais le projet est en péril. La campagne de récolte de fonds échoue, on propose l’idée d’une loterie «opera house» pour lever le capital nécessaire et initier enfin la construction.

101APM

© Prestige / Bassam Lahoud

 
Captivant tous les arcs du soleil, retenant la versatilité des nuages, reflétant les lumières du jour et du soir, l’Opéra de Sydney varie indéfiniment, semble prendre vie devant le regard ébloui du visiteur.
 
 

1966. Utzon abandonne le projet, resté inachevé. Aujourd’hui, le nom  de ce visionnaire n’est pas cité sur la plaque commémorative, à l’entrée de l’édifice. Et son concept de murs de verre ne sera jamais réalisé.

Décembre 1972. L’Opera House ouvre ses portes au public… qui applaudit à tout rompre War and Peace de Prokofiev. Le monument sera officiellement inauguré par la reine Elizabeth II. Et les travaux d’expansion se poursuivent à ce jour. Car si le cœur de Sydney bat pour son Opéra, l’Opéra vit au rythme de Sydney, une ville en constante évolution.

102APM
102DPM

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

 
 
 
 
 
103-CPM
 

© Prestige / Bassam Lahoud

Jamais ville n’aura aussi bien réussi son visage urbain. Gratte -ciel et nature se côtoient sans que l’un ne fasse de l’ombre à l’Autre