Dea Hage-Chahine: Créatrice d’accessoires

Prestige N 263, Juin 2015

Dea Hage-Chahine

De l’Instagram au commerce

Dea Hage Chahine

© Archives Dea Hage-Chahine

Comment est née votre marque? J’ai débuté suite à un besoin de me différencier d’autant plus que je ne trouvais pas les accessoires adéquats sur le marché. Au départ, je commandais des pièces pour mes amies et pour moi. Comme elles ont eu du succès, j’ai activé immédiatement un compte Instagram «Dee Cool Stuff», avant d’avoir de la marchandise. Les commandes se sont multipliées, j’ai appris à connaître les tendances, les goûts de la clientèle et leurs préférences. C’est la passion de la mode et des relations publiques qui m’a poussée à me lancer dans le commerce. «Dee Cool Stuff» a vu le jour en 2013. Depuis, elle évolue régulièrement.

Depuis quand exercez-vous vos talents? J’étais encore très jeune quand je m’amusais à découper des jeans et à les recoudre à ma manière, qui me plaisait. Je créais aussi des accessoires à domicile, à partir de perles, de fils de fer, de plastique, que je vendais à mes voisines. A 13 ans, j’ai cousu ma première robe qui a eu beaucoup de succès. J’ai également suivi des cours d’art aux Etats-Unis où j’ai réalisé des accessoires, des chaussures en cuir, des habits et autres.

Designer Dea Hage Chahine

Dea Hage-Chahine. © Archives Dea Hage-Chahine

«J’adore les accessoires à la fois simples et hors normes!»

Avez-vous participé à des expositions au Liban?Au début, j’ai tenu une exposition chez Ginette, à Gemmayzé. Le succès de cette première apparition m’a incitée à vendre mes articles à travers les réseaux sociaux et les expositions. Chaque année, je participe au Festival d’été de Mzaaret à l’expo de Noël «Afkart» au Biel, à Zaitunay Bay, et aux événements caritatifs au profit de Caritas et autres. En partenariat avec l’ONG «Live Love Beirut», j’ai aussi réinventé le bracelet en tissu qui a parcouru le monde. Je viens de participer aux défilés de mode pour les jeunes de plusieurs écoles «State of Art» au B018, et à l’expo Beirut Designers’ Week. Cet été, je serai au Festival de Faraya. Malheureusement je suis souvent contrainte de refuser certains événements non conformes aux critères de «Dee Cool Stuff», ou à mes horaires de cours universitaires. En tout cas, ces événements m’incitent sans cesse à diversifier mes créations.

Donnez-nous un aperçu de vos créations… J’aime bien les créations simples tirées du quotidien. Parmi mes it-créations, un long collier fin avec des écouteurs, une bague en forme de briquet ou encore un collier découpé au laser sous forme des fameuses «Nike Air Max 1». Il y a aussi une collection plus agressive, comme des mitraillettes, des cartouches et des grenades pour les femmes qui osent!

Où trouve-t-on vos créations? Mes produits seront cette année disponibles dans plusieurs boutiques au Liban, et un site de vente en ligne sera bientôt lancé. Auparavant, je voulais atteindre principalement les jeunes. Désormais, mes créations viseront les moins jeunes.

Pour plus d’informations: Instagram: @DeeCoolStuff

Facebook: Dee Cool Stuff, Tél: 03-911077

email: [email protected]