Elles brillent de mille feux

Prestige N° 272, Mars 2016

Reportage par Najat Kassir

Formation de gemmologie à l’Université Antonine

Gemmologie photo slider

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les participants expertisent à la loupe des pierres et des bijoux. © Prestige

Pour la première fois, l’Université Antonine, située à Hadat-Baabda, a organisé, sous l’égide d’une équipe de professionnels de l’art, une formation de gemmologie, étalée sur trois journées, où cinquante amateurs et futurs artistes ont répondu à l’appel. Sous le label connu de Gemmologie, la connaissance de la Pierre, son étude approfondie, sont passées au crible sous la loupe et autres techniques sophistiquées et ceci afin de donner à chaque pierre, sa vraie valeur intrinsèque pour sa vente commerciale sur le marché planétaire de la joaillerie. Flatterie féminine, vanité, pouvoir de séduction, valorisation: la pierre précieuse se pare de tous ses atouts pour répondre autant aux appels et désirs de la femme capricieuse qu’aux exigences de l’homme séduit. Le Centre de formation permanente de l’Université Antonine, en collaboration avec Sandy Saad, consultante d’art et responsable du programme de la formation, a été l’initiateur de ce projet ambitieux. Pionnier dans ce domaine, le centre offre une grande variété de formations adressées aux jeunes, aux professionnels, aux entreprises et au grand public.

 

NNN-6088

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les participants découvrent le Musée Privé de Robert Mouawad. © Prestige

Le Liban étant en manque de formation dans ces secteurs, a fait appel à une grande experte dans ce domaine, Claire de Truchis-Lauriston, de la maison de vente aux enchères Sotheby’s, spécialiste de la section vente de bijoux, installée à Paris. En collaboration avec les maisons de joaillerie libanaises, Sélim Mouzannar et Antoine Hakim ont ouvert leurs portes ainsi que leurs collections privées à ce public assoiffé d’en connaître plus. Les quatre pierres précieuses: le diamant, le saphir, le rubis et l’émeraude sont passées au peigne fin, grâce à l’expertise de cette experte, qui, alliant humour et connaissance approfondie, a pu séduire les amateurs venus s’initier aussi aux pierres fines comme le grenat, le quartz, les béryls, la tourmaline, ainsi que la perle, accessoire féminin par excellence, dont se sont parées des femmes illustrées par leur élégance telles Marilyn Monroe, Wallace Simpson, Elizabeth Taylor, Barbara Hutton… La perle sous tous ses aspects, fine, de culture, d’eau douce, a été bien présentée. Le poinçon, la loupe, les étudiants amateurs ont pu les tester concrètement. Illustration à l’appui, le Musée Mouawad, les ateliers Mouzannar et Antoine Hakim ont étalé leurs collections et certaines pierres devant les regards admiratifs des participants. L’Excelsior, pièce phare de la collection Robert Mouawad, diamant pur de 70 carats, insère, sur un écrin rotatif, une vraie splendeur! Les participants ont clôturé ce séminaire au Musée MIM, Musée des Minéraux, classé deuxième musée au monde de par sa collection somptueuse de minéraux, pierres naturelles où l’homme n’est jamais intervenu: Sélim Eddé est l’instigateur de ce projet pharaonique. Grâce à un travail acharné, sur 10 ans, sa passion en a fait une richesse inouïe pour un petit pays comme le Liban. La pierre précieuse, les minéraux, ont subi l’épreuve du temps faisant fi des caprices et méandres de l’existence. Mais à quel prix leur extraction a-t-elle été faite? Au prix de vies humaines, de jeunes mains d’enfants et d’adolescents, de mains décharnées, à la recherche de moyens de subsister dans un monde féroce, où l’exploitation de conglomérats, tels De Beers, qui ont imposé leurs monopoles sur les mines du monde entier…