Parisienne un film de Danielle Arbid

«La création artistique est un merveilleux vecteur d’expression»

Installée à l’âge de 17 ans à Paris pour étudier la littérature et le journalisme, Danielle Arbid s’est retrouvée pleinement, à 27 ans, dans la réalisation. Films courts, moyens, longs métrages, fictions, essais vidéo, documentaires, ses œuvres sont sélectionnées et récompensées dans les grands festivals internationaux. «Parisienne», son premier long métrage tourné en France, a été projeté en Première mondiale au Festival de Toronto 2015, et récompensé aux Festivals de Bastia et du Film Francophone d’Albi. Focus sur son récent opus, «Parisienne».

 

 

Parisienne-3-750x421

Manal Issa, l’héroïne du film, a vécu viscéralement le parcours de son personnage, Lina, regardant avec la même intensité Paul, puis Damien, et enfin Vincent, les trois hommes dont elle est tombée amoureuse à Paris.

«Parisienne» est un film sur la jeunesse. Son héroïne, Lina, 18 ans, débarque à Paris pour ses études. Elle vient chercher ce qu’elle n’a jamais trouvé au Liban, son pays d’origine: une certaine forme de liberté. Avec l’instinct de survie comme seul bagage, elle vogue d’un Paris à l’autre au rythme de ses rencontres amoureuses… Entre les gens et les milieux, pour découvrir qui elle est à travers qui ils sont. Il ne s’agit pas d’une autobiographie de la réalisatrice Danielle Arbid, qui a voulu faire le film le plus sincère possible sur l’immigration. Un film qui parle à tous les Français d’origine étrangère comme à tous les adolescents qui tentent de trouver leur place dans le monde où ils vivent. Résultat? Lina, une jeune immigrée pleine de vie! Le film est guidé par l’apprentissage sentimental et culturel de Lina qui tombe amoureuse de trois hommes représentant chacun une classe, un univers, un désir différent. Une manière pour elle de tomber amoureuse de ce nouveau monde, la France. «Parisienne» n’est donc pas un film tourné vers le passé, il regarde plutôt l’avenir. Lina cherche des gens, une famille d’adoption à travers des amis, des amants, un monde qui lui ressemble ou qui ressemble à un idéal. L’oncle qui l’accueille chez lui est le premier jalon masculin sur son parcours. Se retrouvant un soir seul avec Lina, qui n’est pas sa nièce de sang, il tente sa chance. Face à cet homme pressant, violent, sexuellement agressif, Lina prouve qu’elle n’a peur de rien. Danielle Arbid a écrit et réalisé ce film après avoir fait un bilan de son passé, un bilan qu’elle trouve lumineux, une recomposition à l’aune de ce qu’elle est et de ce qu’elle ressent aujourd’hui. Chez elle, la volonté de partir se concrétise au prix de combats contre la famille, la première des prisons, et contre la religion. Elle devient une obsession…

 

 

Parisienne-3-747x498

Sur les 700 candidatures reçues pour le casting du film, Danielle Arbid a choisi Manal Issa, une personnalité opaque, mystérieuse, vivant dans une famille libanaise installée en France.