Voyage dans le temps sur le Nil des Pharaons

En promenant le regard sur l’hôtel Old Cataract Aswan, majestueusement installé sur une colline surplombant le Nil, on croirait entendre encore les notes émouvantes s’évadant du violon qui jouait jadis dans les élégantes salles au rythme des pas des hôtes en habits de gala. Le temps avait suspendu son vol. C’était l’ère romantique, vierge de toute technologie moderne, l’ère des balades sur les rives du Nil contemplant les magnifiques levers et couchers de soleil. C’est ce même Nil qui a inspiré la romancière Agatha Christie à faire dérouler certaines scènes de son ouvrage «Mort sur le Nil» dans l’hôtel Old Cataract Aswan, un livre devenu par la suite une grande œuvre cinématographique dont l’illustre hôtel a servi de cadre au tournage d’une partie du film.

 

 

 

untitled-1

Quoi de plus enchanteur que de dîner sur la terrasse de l’hôtel The Old Cataract Aswan avec une vue imprenable sur le majestueux mausolée de l’Agha Khan, 48e imam des Ismaéliens, édifié dans le style fatimide. © Old Cataract Aswan Sofitel Legend

 

 

C’est dans la salle à manger de ce lieu magique qu’ont été tournées plusieurs scènes du film de l’ouvrage d’Agatha Christie, «Mort sur le Nil» avec Peter Ustinov incarnant Hercule Poirot, Bette Davis incarnant Mme Van Schuyler, Jane Birkin incarnant Louise Bourget, pour n’en citer qu’eux. Le film avait reçu, en 1979, l’Oscar de la Meilleure création de costumes exécutés par Anthony Powell.

 

 

 

2345-13

Les grandioses arcades du Old Cataract Aswan. ©Old Cataract Aswan Sofitel Legend

1666_homom_00_p_1024x768

La felouque, embarcation traditionnelle des Anciens Egyptiens continue de glisser gracieusement sur les eaux du Nil. ©Old Cataract Aswan Sofitel Legend

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Karnak

C’est un obélisque inachevé retrouvé à Aswan, encore soudé à la roche qui a montré au monde contemporain le savoir-faire des Anciens Egyptiens. On plaçait savamment des coins en bois dans des entailles de la roche. Le bloc était descendu jusqu’au fleuve et posé sur des briques et du limon, la felouque accostait avant la décrue, puis échouait; on chargeait, et on attendait la crue suivante pour livrer.

 

 

g

L’un des deux obélisques de la paire en granit rose offerte à la France par Mohamed Ali en 1831. L’autre se dresse actuellement Place de la Concorde à Paris. Le haut des obélisques était recouvert d’or. Leur fonction, capter l’énergie divine de l’astre solaire.

a

Karnak, au grand temple d’Amon, une forêt de 134 colonnes. La nef seule a les dimensions de Notre-Dame de Paris. Chaque pilier à Karnak est relié à l’autre par un clou… en bois de cèdre ramené de Phénicie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vallée des Rois et des Reines

Les nécropoles étaient construites sur la rive gauche de Thèbes, là où le soleil se couche. Celles du culte royal étaient édifiées au début du règne d’un pharaon, et les travaux s’arrêtaient à sa mort. Si Séthi 1er a battu des records de longévité, en témoigne sa tombe interminable, Toutankhamon, mort à 18 ans, n’a eu droit qu’à une tombe de quelques chambres, bien que l’une des plus riches et mieux préservées de la Vallée des Rois.

 

 

 

3

Les thèmes récurrents dans les tombes de culte royal: le périple nocturne à bord de la barque solaire, le scarabée: personnification du soleil levant, Dieu à tête d’ibis, Thôt qui ordonne la pesée du cœur du défunt. Osiris, époux d’Isis qui règne sur le royaume des morts alors que son fils Horus règne sur celui des vivants.

 

Les nécropoles des rois Etaient édifiées à l’Ouest…

Du côté où le soleil se couche.

 

 

 

b

A l’intérieur des tombes, des fresques de couleurs d’une infinie richesse. Dans la plupart des représentations, les rois portent le pschent, double couronne de la Haute et Basse-Egypte.