L’Erotisme dans l’Horlogerie

Prestige Guide Montres, Juillet-Août 2016

 

Reportage Marie-Christine Tayah

 

Horlogerie et érotisme iraient de pair, vu que l’énergie vitale qu’est l’érotisme régit les tic-tac des montres aussi bien que ceux des cœurs. Haut perché sur ses aiguilles, l’érotisme arme les montres, entraînant le porteur dans un tourbillon infernal d’un flyback aux pulsions naturelles. Remontage à l’ère des temps et pourtant adaptation automatique aux besoins du temps, quelque soit l’espace. De nos jours, les grandes marques perpétuent encore l’héritage des horlogers et ornent leurs montres d’automates érotiques. Aussi, la configuration visuelle de la scène érotique attire-t-elle ses admirateurs au-delà des ventes aux enchères de luxe, comme à titre d’exemple l’exposition «les montres polissonnes» organisée par le Musée d’Horlogerie du Locle. Enfreignant les traditions conservatrices, ces concepts furent souvent bannis et saisis. Mais comme tous rapports interdits, le plaisir se consomme à la tanière des regards curieux…

 

 

© Maria Kovado

 

 

L’érotisme

Au-delà de la décence, l’insolence, celle d’une affirmation de soi, on subsiste dans une existence où l’on apprend à ne plus s’attacher à quoi que ce soit, au fil du temps, qu’à cet instant d’infini quand on n’existe que par un regard, un toucher, un autre, l’autre. Et l’on se remémore une citation de Woody Allen dans un Midnight in Paris. «On a tous peur de la mort et l’on se questionne sur la place que l’on tient dans l’univers. Le travail de l’artiste n’est pas de succomber au désespoir mais de trouver un antidote au vide de l’existence. Je crois que l’amour qui est vrai et réel, crée un répit de la mort. C’est parce qu’ils font l’amour avec la passion nécessaire qu’ils écartent la mort de leur esprit… jusqu’à ce qu’elle y retourne, comme elle le fait pour tous les hommes… et alors vous devrez bien refaire l’amour encore.»

 

 

Les montres Eros d’Andersen Genève abritent le mouvement automate érotique le plus compliqué pour une montre-bracelet. © Andersen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au fil du temps…

Les montres libertines ont vu le jour vers la fin du XVIIe siècle. Les premières montres érotiques, fabriquées par les plus grands noms de l’horlogerie suisse, française et anglaise, ont connu différents obstacles. Le premier étant d’ordre technique suivi des interdits religieux, ces obstacles imposés ont permis de faire progresser l’horlogerie. Le perfectionnement de ces modèles a pu s’effectuer avec les mouvements répétitions minutes et mouvements va-et-vient à connotation sexuelle. A juste propos, le XVIIIe siècle est le siècle du libertinage par excellence; toutes les formes d’art s’y développent dans un espace ouvert où l’érotisme incite à briser les chaînes, bafouer la morale et dépasser limites et limitations. Comme dans tous genres d’arts décoratifs, les pendules n’ont pas non plus échappé à l’art de la nature.

 

Comme tout genre…

Que ce soit celle fabriquée pour le Petit Trianon par exemple, ornée de ses oiseaux d’amour, ou la Pendule d’Avignon de Gouthière avec ses chefs-d’œuvre de la petite sculpture décorative, dévoilant une nudité révélatrice des deux sexes opposés, chaque œuvre d’art reflète un laisser-aller naturaliste, un retour aux lois de la nature. Les sujets aimables apparaissent déjà sous l’Empire. La Pendule à l’Hortensia, en l’honneur de la reine Hortense, se retrouve à de nombreux exemplaires au cours du tout début du siècle. L’influence d’une littérature «ouverte» se manifeste dans l’horlogerie et les sujets comme Marion Delorme, ornant la pendule en porcelaine de Jacob Petit, l’époque de Louis-Philippe. La perfection du métier fait seule accepter cet objet qui reflète l’esprit de la «peinture officielle» des années 1980. «Le temps fauchant les amours» est le thème d’une pendule aux mille motifs en bronze et en émail vert pour Gustave Doré. Au sommet de la pendule culmine la grande faucheuse… «Aimons-nous, puisque nous allons mourir».

 

 

 

Lot 173 de la vente aux enchères Montres Exotiques d’Antiquorum (2011). Montre de poche Répétition à quart, avec trois scènes érotiques cachées, Autriche, probablement Vienne, Circa 1880.

 

 

 

De nos jours…

Et de siècle en siècle, de courant en courant, de chef-d’œuvre en chef-d’œuvre, le tic-tac des montres a fini par régir le monde. Façonner les montres tout en respectant l’ADN de la marque, et les «Tourbillons» de l’histoire tout en innovant, demeure un grand défi à relever. Les adeptes des modèles érotiques poursuivent leur passion immanquablement: en Egypte, le roi Farouk rassemble au début du XXe siècle une collection de montres érotiques qui fut mise aux enchères après son départ du trône. A Genève, l’acteur Michel Simon ajoute une série à des montres du même type, déjà réunies par son père, ancien collectionneur. Deux ans après sa disparition, en janvier 1977, la maison Antiquorum vend ces trésors à Genève. Elton John s’avère également être un collectionneur de montres érotiques.

 

 

 

Le double fond de la montre de poche Polo 150e Anniversaire de Reuge Music s’ouvre pour dévoiler une scène des plus volages. © Polo

 

 

 

Montre Bunny Sutra de Swatch. Collection privée De Amr Sindi (The Horophile). © Swatch

 

 

 

De la pudeur s’il vous plaît…

Un équilibre instable qui demeure à la base des relations humaines et qui invite à aller chaque jour un peu plus loin, à la découverte de terres fertiles, de parfums interdits, ou de rêves déchus: l’érotisme. La censure religieuse se faisant plus effacée, les horloges s’en donnent à cœur joie, au-delà de la morale. Le libertinage prolonge ses extensions dans le temps et dans l’espace et les grandes marques s’affichent de nos jours, lors de la foire de Bâle sous le thème osé de l’érotisme. Si la montre érotique redevient tendance aujourd’hui, elle a énormément évolué depuis son invention. Les automates pour la plupart continuent à cacher les illustrations dans le dos de la montre loin de la vue de tous. Une façon de taquiner penserait-on, mais aussi une manière de garder pour soi ou pour les intimes, cette partie secrète d’une personnalité aventureuse qui n’apparaît jamais au grand jour lors des business meetings et des réunions de grande envergure. Une sorte d’espièglerie du porteur qui connaît à lui seul le visage caché de sa montre et qui dissimule aussi bien une facette secrète de lui-même. En 1993, ces audaces resurgissent chez les grands horlogers. Blancpain ose s’aventurer en premier dans cette direction, et de relancer, avec Hublot, la mode des garde-temps volages. Son Le Brassus Carrousel Répétition Minutes Erotique révèle un timbre cathédrale, un cadran en émail Grand Feu blanc, et offre une scène érotique unique. La montre préserve aussi sa qualité technique; mouvement sécurisé et remontage manuel.

 

 

Montre Le Brassus Carrousel Répétition Minutes Erotique de Blancpain, timbre cathédrale, cadran en émail Grand Feu blanc, scène érotique unique, remontage manuel. © Blancpain

 

 

Quand la montre parle d’amour…

En 2011, Perrelet cache sur son cadran une illustration de manga érotique derrière le double rotor de sa Turbine Erotic, collection qui illustre bien l’évolution des montres érotiques dans l’Histoire; les mouvements du poignet actionnent les pales du cadran pour dévoiler un dessin osé de style manga. Richard Mille présente la montre Tourbillon RM69 Erotique avec des messages pas aussi subliminaux que cela; phrases évocatrices de plaisirs qui s’affichent sur le cadran de la montre telles que «I want to caress you madly», «I long to explore your lips», etc. Avec Richard Mille, l’amour et l’érotisme s’énoncent avec du cru et des mots. Le désir demeure d’exprimer ouvertement la passion, la sensualité, voire la sexualité. La dénomination de la RM69 affirme clairement le désir de cette création de dévoiler au grand jour les intentions les plus secrètes. Avec la RM69, l’amour et l’érotisme s’énoncent clairement avec des mots. La RM69 offre ainsi à son propriétaire la pleine jouissance de la nouvelle complication de Richard Mille baptisée Oracle, un mécanisme qui déclenche la rotation des 3 rouleaux en titane grade 5 gravés, à l’instar des moulins tibétains, créant ainsi un énoncé aléatoire. Activé à la demande du propriétaire par pression sur le bouton poussoir situé à 10 heures, il affiche sans détour le désir de ce dernier.

 

 

 

Montre Turbine Erotic de Perrelet, mouvement automatique, dessin érotique de style manga (4 variations) sous la Turbine noire. Edition Limitée à 88 pièces. © Perrelet

 

 

Un court métrage au poignet…

Ulysse Nardin, quant à lui, présente Adam et Eve en mouvement… Avec la montre Hourstriker Erotica Jarretière, la marque dévoile son côté sensuel. En effet, la nouvelle Hourstriker Erotica Jarretière apporte une touche osée à l’éventail des montres-bracelets de la marque. Le cadran de cette édition limitée à 28 pièces en or rose et platine raconte une histoire très explicite: une délicate peinture miniature réalisée à la main sert de décor à une romance vénitienne. Sur un balcon, dans un décor vénitien traditionnel, deux amants se donnent l’un à l’autre. L’homme et la femme nus font l’amour sur un fauteuil. Leurs silhouettes sont des jacquemarts en or réalisés à la main qui bougent au rythme de la sonnerie du mouvement Hourstriker. Au fond du décor, on aperçoit le célèbre pont du Rialto qui enjambe le grand canal de Venise, rehaussant ainsi la scène amoureuse. Au pied du fauteuil, sur le tapis, on trouve une paire de talons hauts et l’un des petits accessoires féminins les plus provocateurs: une jarretière. Séductrice, cette dernière peut faire tourner la tête aux plus vaillants des hommes. Animée par l’impressionnant mécanisme Hourstriker, la montre frappe les heures à la demande et entraîne ainsi le couple dans des ondulations passionnées auxquelles elle donne le rythme. La marque Corum n’échappe pas non plus à cet envoûtement esthétique. Elle entrave tout code et interdit, et représente des nus abstraits et psychédéliques.

 

 

 

Montre Hourstriker Erotica Jarretière d’Ulysse Nardin, mouvement automatique, sonnerie en passant des heures et des demi-heures, système d’activation automatique du carillon, jaquemarts animés en or 18ct. Edition Limitée à 28 pièces. © Ulysse Nardin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Svend Andersen

Le «plus grand spécialiste» des montres érotiques est Svend Andersen, né au Danemark en 1942, et qui, après avoir obtenu son diplôme de l’école danoise de fabrication de montres, s’est installé en Suède en 1963. Il travailla pour Gubelin, puis pour Patek Philippe durant neuf ans, avant d’établir son propre atelier en 1979. De plus de ses inventions à record mondial, il travaille sur commande pour ce type de montres érotiques. Ses personnages sont inspirés du «hentai» ou des estampes japonaises ou des dessins de la Grèce antique. «Tout est parti d’un client italien qui a ramené une pièce ancienne de ce type et souhaitait avoir un modèle similaire à bracelet. Le défi était donc d’arriver à un mécanisme ultra-plat. Avec l’aide de quelques amis spécialistes, nous sommes venus à bout du challenge. Désormais, je travaille à la commande. C’est du sur-mesure», déclare-t-il.

 

 

Montre Eros d’Andersen Genève. © Andersen