Jean Boghossian

Le peintre Jean Boghossian entouré de ses œuvres © Boghossian

 

 

Vous êtes un peintre et sculpteur libanais représentant la République arménienne à la 57e biennale internationale à Venise. Pouvez-vous nous parler de l’exposition …Je suis citoyen libanais mais aussi citoyen d’Arménie et de Belgique. Je suis très honoré d’avoir été sélectionné cette année pour représenter le Pavillon arménien à la 57e Biennale à Venise. Ce sera un grand défi de créer la bonne exposition. Le thème de cette année est la spiritualité – l’interaction entre la vie et l’art, l’importance de l’éducation, de la culture et plus particulièrement de l’art, et la signification qu’il représente dans le monde d’aujourd’hui. Mon exposition abordera la transmission et la transcendance de la connaissance et du patrimoine à travers des livres, des écrits et de la calligraphie, entre autres.

«Fiamma Inestinguibile» est le titre de l’exposition. Qu’est-ce que cela signifie et où avez-vous puisé le thème? Mon conservateur Bruno Corà est italien. Après de longues discussions sur le titre à donner à une exposition d’une telle ampleur, nous avons trouvé ce titre, à cause de l’étincelle qui résonne avec le thème. «La flamme» est la flamme de mon chalumeau ainsi que la plupart de mes instruments de combustion. «Inextinguible» parce que je crée constamment et ne m’arrête que pour redémarrer. La flamme se réfère également à ma passion pour l’art depuis 30 ans et au cours des sept dernières années utilisant le feu, la flamme et la fumée. Ma passion est toujours vivante et brûlante.

C’est la flamme inextinguible et la détermination des gens du pays que je représente, l’Arménie mais sans doute aussi celle des Libanais et des Belges. Étant multinational, j’appartiens à des peuples qui ont subi des circonstances terribles: le génocide, les guerres civiles, les guerres mondiales et ont survécu à tout cela en s’adaptant et en s’intégrant dans un monde positif. Par conséquent, la flamme inextinguible des émotifs éternels auxquels j’appartiens.

Comment définiriez-vous votre art? Mon art est indéfinissable puisque je suis en constante interrogation et recherche, sur la façon de peindre aujourd’hui et comment intégrer plusieurs dimensions dans mon travail. Mon art est éclectique et personnel. Mes expériences conduisent à la découverte, et cela mène à une autre expérience qui mène à une autre découverte. C’est ce que j’appelle l’évolution de l’artiste. Je suis à la recherche de mon propre style et langage en essayant toujours de me renouveler. Je pense que j’apporte quelque chose de nouveau sur la scène artistique aujourd’hui, étant l’un des rares artistes à utiliser le feu, la fumée et les flammes.

Qu’est-ce qui caractérise vos travaux et quels types de matériaux et techniques utilisez-vous dans vos peintures? Pendant sept ans, mon travail a été défini par la flamme, le feu et la fumée. J’utilise divers instruments, différentes tailles de chalumeaux, poudres brûlantes, gel, liquides, soudure, instruments de fusion et plus encore. J’applique ces techniques sur papier, toile, bois, livres, plastique, entre autres … interagissant de plus en plus avec les pigments et la couleur.

Pouvez-vous nous parler de vos sculptures? La plupart de mes sculptures sont soit en bois, soit dans des livres brûlés. J’ai commencé par expérimenter sur des troncs de bois il y a 20 ans en utilisant une tronçonneuse, un instrument qui n’est pas aussi adaptable qu’il est utilisé pour couper des arbres et non pas pour sculpter. Le bois est difficile à travailler et ne permet pas de retour lorsque des erreurs sont faites à la différence de l’argile. D’autre part, je brûle aussi des livres parce que je veux leur donner une nouvelle vie.

Vous êtes né dans une famille de bijoutiers, vous avez travaillé avec des pierres précieuses et des diamants. Pourquoi avez-vous choisi la peinture et la sculpture? La joaillerie est un art en soi. J’ai joui du métier depuis le début jusqu’à ce que j’aie commencé à faire mon propre art il y a 30 ans. J’ai décidé de commencer à peindre parce que je voulais avoir une passion qui dépasse les performances commerciales et la logique de métier. Par conséquent, je suis allé à l’académie. C’était un refuge, un lieu de méditation, où j’ai découvert l’histoire entière de l’art et expérimenté chaque étape qui m’a mené à mon stade actuel. Je me considère comme un autodidacte parce que mon esprit bouillonne par des idées que je désire réaliser.

Vous avez également suivi deux spécialisations en économie et sociologie … Quel impact ces formations ont elles eu sur votre carrière?  J’étais curieux depuis ma jeunesse. J’aimais apprendre et lire des livres. L’étude de l’économie a contribué à ma compréhension du monde des affaires, alors que la sociologie m’a enrichi au niveau humain, ce qui m’a rendu plus sensible.

En 2006, vous avez créé un centre de créativité à Villa Empain à Bruxelles. Quel en était le but? Notre vision était de transformer la Fondation Boghossian à Villa Empain en un centre dynamique de dialogue entre l’Est et l’Ouest. Depuis 1992, la Fondation, créée par mon père Robert, mon frère Albert et moi-même, a entrepris des travaux humanitaires en Arménie, en Syrie et au Liban. La Belgique était notre quartier général choisi pour la fondation de la famille, car nous avons grandi là-bas, c’est une terre qui a été accueillante pour nous.

Où exposez-vous individuellement ou dans des expositions collectives? Qu’est-ce que cette participation à la Biennale de Venise ajoute à votre portefeuille? J’ai souvent exposé à Bruxelles depuis 12 ans, individuellement et dans des expositions collectives, deux fois en solo au parc des expositions de Beyrouth en 2012 et en 2015, «Vers La Lumière» au Musée d’art contemporain Young Eun en Corée du Sud, «Traces Sensibles» au musée d’Ixelles à Bruxelles récemment et en Italie.

La Biennale est l’endroit où chaque artiste rêve d’exposer, le centre du monde de l’art. C’est un grand défi et une immense esponsabilité de représenter le Pavillon national de la République d’Arménie et un incroyable signe de reconnaissance. Quand j’ai appris que j’étais sélectionné pour un événement d’une telle ampleur, j’ai travaillé sans relâche à tout moment pour présenter mes œuvres aux critiques d’art et au public à Venise.

Quels sont vos projets futurs? La Biennale di Venezia racontera des projets futurs …Une proposition pour une exposition individuelle à Art Dubai 2017 avec Ayyam Gallery est la suivante. J’espère continuer à vivre ma passion pour l’art et un jour pouvoir exposer dans les endroits réputés du monde.