Patrik Hoffmann

Prestige N° 285, Juil-Août-Sept. 2017

 

Pour Ulysse Nardin, l’innovation est une tradition.

Pour la toute première fois, Ulysse Nardin faisait partie de l’édition 2017 du SIHH. Nous avons rencontré Patrik Hoffmann, PDG de la marque, pour en savoir plus sur les innovations et l’histoire de la marque inspirée par le mouvement de la mer.

 

 

Patrik Hoffman, CEO Ulysse Nardin. © Ulysse Nardin

 

Comment s’est porté votre choix sur le SIHH au lieu de Bâle? Nous sommes à Bâle depuis cinquante ans et c’était une décision importante à prendre. Je voudrais le dire en deux mots: l’exclusivité et la qualité. C’est un passage d’une foire à un salon. L’année dernière, nous avons introduit un nouveau concept de communication et ce changement va de pair avec ce nouveau concept. C’est un pas en plus dans la communication et le marketing.

Comment se passe ce premier SIHH jusqu’à présent? Jusqu’ici tout va bien. (rires).

Comment évalueriez-vous les vingt dernières années dans l’horlogerie? Les vingt dernières  années chez Ulysse Nardin sont marquées par le chronomètre marin, que nous avons lancé il y a 20 ans et qui constitue l’ADN d’Ulysse Nardin. Il y a cent ans, nous étions l’un des principaux fournisseurs de la marine, et ce que nous faisons aujourd’hui a beaucoup de cet ADN lié à ces chronomètres techniques. C’est aussi la renaissance de la montre mécanique qui a eu lieu au cours des 20 dernières années. Les choses ont changé dans le sens oùnous produisons des garde-temps très compliqués, introduisant autant de complications que possible dans une pièce, nous avons également vu les sept ou huit dernières années un changement, dans le sens du retour aux valeurs réelles.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué de tous ces changements au cours des vingt dernières années? Le monde évolue, le changement est inévitable. Un garde-temps fabriqué aujourd’hui n’est plus une pièce d’horlogerie qui indique l’heure. Il y a une partie émotionnelle, une passion qui s’y rattache. C’est une renaissance de la profession, des personnes qui apprennent l’horlogerie, qui sont formés comme horlogers. Je pense que les vingt dernières années ont été bonnes, la tendance que nous avons observée au cours des sept dernières années est de revenir aux basiques, de revenir aux valeurs réelles.

Il y a aussi la renaissance des Métiers d’Art, quel rôle Ulysse Nardin a-t-il joué dans cette renaissance? Il y a plus de vingt ans, nous étions l’une des marques qui faisaient revivre l’émaillage, il y a cinq ans, nous avons décidé de conserver ce Métier d’Art par l’acquisition de Donzé Cadrans. Nous voyons l’importance de Donzé Cadrans et de leur travail d’émaillage: Grand Feu, cloisonné, champlevé …Nous avons marqué un point en présentant au SIHH plus de la moitié de nos nouveautés avec différentes techniques d’émaillage, créées et décorées par Donzé Cadrans.

Parlant d’innovations, vous êtes une manufacture intégrée verticalement, cela aide beaucoup avec des concepts de montres comme Innovision 1 et Innovision 2. Comment cela va-t-il évoluer? Je prévois et j’espère que nous allons répéter ce que nous avons fait avec l’Innovision 1 où nous avions dix innovations dont huit ont été exécutées. J’espère qu’une situation similaire se produira avec Innovision 2. Je sais que certaines des innovations que nous présentons seronttrès bientôt dans nos montres. L’intégration verticale nous aide dans l’industrialisation. Nous avons certains produits à un prix très compétitif, avec un mouvement interne complet et des cadrans Grand Feu et émaillés.

 

 

1- L’Innovision 2 comporte 10 innovations. 2- Cadran en émail Jade «Cloisonné», motif lionfish. 3- Diver Chronographe Artemis Racing, édition limitée de 250 pièces. © Ulysse Nardin

 

 

Le monde marin est dans l’ADN d’Ulysse Nardin, nous avons vu lors de la foire d’autres marques ayant un intérêt dans la marine, en particulier l’America’s cup. Quelle est la valeur ajoutée d’être un sponsor de l’America’s cup? Je pense que l’America’s cup est une plate-forme. Il n’y a pas de marque axée sur la mer comme Ulysse Nardin. Ce qui attire dans l’America’s cup est aussi l’innovation. J’ai visité la base de l’Artemis Racing Team à San Francisco il y a deux ans et j’ai vu comment ils fonctionnent avec de nouveaux matériaux légers. Nous utilisons du silicium très léger et ils utilisent une fibre de carbone qui est aussi très légère, très dure, très robuste. C’est une approche similaire. Pour moi, c’est un monde d’innovation, tout comme Ulysse Nardin.

Dans la communication d’Ulysse Nardin, nous ne voyons pas la scission comme dans différentes marques entre tradition et innovation. C’est plus une fusion parce que nous sommes la première marque ayant le courage d’introduire du silicium dans les montres. C’est la fusion de la vieille tradition avec l’avenir. C’est toujours fascinant de pouvoir utiliser les dernières technologies et matériaux et avoir un horloger travaillantsous le mode traditionnel. Si nous avons un nouveau matériau qui améliore la performance d’une pièce d’horlogerie, c’est un avantage pour le consommateur final que nous devrions transmettre.

Quels sont vos souhaits pour les vingt prochaines années? Je souhaite que nous continuions dans la voie de l’innovation. Nous avons la pièce Innovision 2 et j’espère que pour les cinq, six, dix prochaines années, nous pourrons utiliser ces innovations dans nos futures montres.

Ces innovations fonctionneraient-elles également avec celles d’Innovision 1? Oui. Le premier est basé sur le silicium. Dans le second, certains sont basés sur le silicium, mais nous avons également utilisé de nouveaux matériaux comme le saphir, le verre … Je ne sais pas encore exactement ce qu’il va apporter, je peux seulement espérer. Mais cela fait partie de l’innovation et de la recherche.

Si vous pouviez donner un conseil à la jeune génération, que leur diriez-vous? La passion. Le travail a beaucoup à voir avec la passion et le courage. Faire quelque chose comme Innovision 2 nécessite un gros investissement … Il faut avoir de la passion, une vision et du courage.

Il y a une garantie de cinq ans sur l’innovision 2. Oui, il s’agit du courage, mais nous croyons vraiment à ce que nous faisons, tout comme nos techniciens. Nous croyons vraiment au matériau du silicium et sur ce matériau, nous garantissons dix ans.

La femme est aussi importante pour Ulysse Nardin. Qu’est-ce qui vous a fait croire que les femmes cherchent également des mouvements mécaniques? L’obstacle que nous avions jusqu’ici était de taille, car les femmes portaient de petites montres et cela constituait un obstacle pour les montres mécaniques. Aujourd’hui, les femmes portent de plus grandes montres et cela nous a ouvert le monde des montres pour femmes.

Avez-vous un message pour nos lecteurs? Ulysse Nardin est une entreprise avec une véritable histoire. Nous communiquons sur la mer. C’est un vrai message et pas quelque chose que nous avons inventé. La marine est ce que nous avons fait il y a 150 ans et nous appartient. Propos recueillis à Genève par MARIA NADIM