La Croisière, le temps d’une escale avec Chanel

© Chanel

 

 

Plus qu’une tradition, partir en voyage le temps d’une collection Croisière est un rendez-vous attendu. L’assurance d’une plage de dépaysement, de beauté, de la découverte d’un lieu, d’une époque, d’un art de vivre.

En présentant à la fin de l’automne 1919 une petite collection destinée à la villégiature et à Biarritz notamment, Gabrielle Chanel imaginait-elle qu’elle initiait alors un nouveau mouvement de mode ? Savait-elle qu’elle donnait naissance à la première collection dite Croisière ? Le Vogue américain avait pressenti le frémissement,

relevant dans son édition de novembre cette année-là que les modèles de la créatrice, bien que « pas particulièrement différents de ceux proposés l’année dernière », formaient une « collection en tant que telle totalement différente de tout ce qui a pu être vu à Paris au même moment. » Plus légers, impérativement confortables, ces modèles en jersey non doublé, ces sweaters, se prêtaient au yachting, aux villes d’eaux, aux stations balnéaires, à des destinations ensoleillées telles que la Riviera ou Venise et ses plages du Lido.

Chanel a poussé plus loin le curseur de cette petite ligne judicieusement calée entre deux saisons. Répondant à ses propres besoins, elle a ajouté des tailleurs et des robes du soir pour les séjours sur les paquebots de luxe, alors très en vogue, et la vie « à destination », celle qui faisait percer quelques rayons de soleil dans le froid de l’hiver parisien. Une originalité relevée par Harper’s Bazaar, en décembre 1933, dans un article consacré aux « Cruise clothes », puis par L’Officiel de la Mode, en décembre 1936, ravi de découvrir « une collection de demi-saison très complète » et qui illustre parfaitement la conception unique de la mode de Gabrielle Chanel. Ne jamais faire comme les autres, quitte à nager à contre-courant, faire de ses envies et de son mode de vie sa source d’inspiration majeure, voilà ce qui a toujours guidé Mademoiselle Chanel dans sa création.

Cette femme qui chérit sa liberté plus que tout, a senti ce dont allaient bientôt rêver les femmes : une mode d’actualité et d’anticipation, visionnaire dans ses moindres détails. La preuve de ce talent de Gabrielle Chanel n’est plus à faire.

Celui de Karl Lagerfeld non plus. Alors que la mode avait quasiment tourné le dos aux collections dites croisière, le créateur fait tourner la barre de gouvernail dans la direction inverse. Dès son arrivée en 1983, il a redonné vie à ce trait d’union entre deux saisons et n’a eu de cesse de le faire grandir, l’imposant comme l’un des moments les plus importants de l’année. S’agissait-il de glisser quelques maillots et robes légères entre deux tailleurs ? Certainement pas ! Répondre aux besoins de celles qui avaient envie de soleil en hiver ne suffisait pas : Karl Lagerfeld a donc transformé le vestiaire de la Croisière en une ligne anticipant sur les beaux jours à venir, une garde-robe entièrement renouvelée, jamais calée sur la précédente ou la suivante. Une collection à part entière, avec sa propre histoire, sa propre identité, sa propre inspiration, prompte à nourrir le désir et faire briller les regards.

 

 

© Chanel

 

 

© Chanel