L’art abstrait de Sundus Al Khalidy

Dans sa 8e exposition «The Beauty of Nature» tenue au Musée archéologique de l’Usek, l’artiste peintre iraqienne, Sundus Al Khalidy, membre de l’Association des Artistes Iraqiens, IAA, investit de larges plages d’expression pour mettre à nu les sentiments profonds émanant de son for intérieur. Confidences.

 

© Sundus Al Khalidy

 

 

Comment êtes-vous venue au monde de la peinture? Je suis née et j’ai grandi à Bagdad, en Iraq. Les beautés de la nature m’attiraient, j’éprouvais pour elles non seulement de l’admiration, mais surtout des sensations intenses et profondes émanant du fond de mon âme, et qui m’incitaient à les exprimer. L’entrée dans la prestigieuse Faculté des Arts plastiques à l’Université de Bagdad n’était pas chose aisée, car ces arts ne s’apprennent pas, mais se cultivent à travers un talent réel et sérieux. Mes études ont duré cinq ans.

 

«La peinture abstraite est très proche de mes pensées». © Sundus Al Khalidy

 

Pourquoi avez-vous choisi la peinture abstraite? L’art classique reproduit fidèlement la nature ou les personnes. Pour ma part, je n’ai pas choisi l’art abstrait pour l’abstrait. J’ai énormément travaillé à travers trois écoles: l’expressionnisme, le symbolisme et l’abstrait. L’abstrait qui est très proche de mes pensées, m’aide à faire parvenir mes idées au visiteur de la toile. Il me donne une plus grande surface et liberté d’expression. L’expressionnisme et le symbolisme m’ont aidée à faciliter la lecture de la toile. Je développe en permanence l’abstrait pour pouvoir me distinguer dans cet art. Le visiteur est capable de reconnaître facilement mon travail. Depuis 1995, je présente des expositions à Bagdad, Amman, Bahrein, Beyrouth et en Europe. En 2006, je me suis mariée et établie au Liban, et je suis l’heureuse maman de deux enfants.

 

© Sundus Al Khalidy

 

 

Quelles sont les expositions qui vous tiennent le plus à cœur? J’ai tenu de nombreuses expositions, chacune différente de l’autre, selon le contexte et le pays. Dans les pays arabes, les toiles exprimaient davantage mon pays. En Europe, c’est la vision de l’artiste qui est davantage présente dans l’œuvre. Toutefois, l’exposition qui me tient le plus à cœur est la 8e que j’ai présentée à l’Université de Kaslik. Pourquoi? Parce que cette université est un musée spécialisé et dédié à la présentation des icônes artistiques. Ses professeurs qui comptent des ingénieurs émérites de différentes spécialisations, n’ont trouvé aucune difficulté à comprendre mes toiles. Je suis également chanceuse d’être une artiste venant d’Iraq, un pays doté d’une civilisation et d’une histoire millénaires. Propos recueillis par Mireille Bridi Bouabjian

 

 

© Sundus AL Khalidy

 

 

Facebook: Sundus’ Spirit

Tel: 00961 3 071 340