La culture égyptienne au Beirut Art Fair 2018

La 9e édition de Beirut Art Fair qui s’est déroulée du 20 au 23 septembre 2018 au Seaside Arena à Beyrouth, a proposé un vaste programme et plusieurs expositions inédites d’artistes libanais, moyen-orientaux et internationaux. Prestige a sélectionné pour vous des talents égyptiens et soudanais qui ont participé à cette manifestation culturelle intitulée «De nouveaux horizons».

 

Soad Abdel Rasoul

Soad Abdel Rasoul vit et travaille au Caire. Diplômée des Beaux-Arts en 1998, elle a terminé sa maîtrise en Histoire de l’art en 2005 et son doctorat en Histoire de l’art moderne en 2012. Son travail est exposé depuis 1998.

 

 

 

Soad Abdel Rasoul utilise le dessin, la peinture, le graphisme et le collage pour délimiter des cartes humaines et géographiques densément détaillées et imbriquées qui nous aident à retracer nos racines dans la magnitude du monde vivant. En décrivant des personnages métamorphosés, elle ne cherche pas à visualiser la beauté physique de l’homme, mais tente de réfléchir aux secrets de la Terre et aux liens entre l’homme et les éléments de l’existence tels que la terre, les métaux et les plantes. Des figures en forme d’arbres, des veines et des artères ramifiées et des personnages monstrueux en forme d’insectes fusionnent sur des toiles et des bustes de collage de couleurs mélangées, afin de rappeler au spectateur le lien vital qui existe entre l’intérieur du corps humain et l’extérieur. En utilisant des fragments de cartes et d’illustrations scientifiques du corps humain, Soad Abdel Rasoul conceptualise la façon dont nous percevons l’espace et transforme les notions de corps, de science et de nature en quelque chose de saisissant, qui exalte le féminin, l’émotionnel, le naturel, et l’animalesque.

 

 

Salah El Mur

 

Né en 1966 à Khartoum, au Soudan. Il a étudié à l’Académie des arts appliqués et des beaux-arts de Khartoum, où il a obtenu son diplôme en 1989. Peintre, photographe et illustrateur de livres pour enfants, il vit et travaille au Caire. Ce qui distingue son travail est une étude approfondie des caractéristiques de la culture soudanaise multiethnique avec plus de 100 tribus de caractéristiques culturelles différentes en termes de langue, de musique et de folklore.

 

 

 

Le travail d’El Mur est tellement influencé par son enfance où il a ouvert les yeux sur un père fabricant des filets de pêche et une mère qui tricotait des motifs au crochet dans la banlieue de Khartoum, entourée de vastes étendues de verdure et d’une rivière.

De 2001 à 2018, El Mur a exposé individuellement et collectivement au Soudan, en Ouganda, au Kenya, au Liban, en Espagne, en Égypte, aux États-Unis, au Canada, aux Émirats arabes unis et au British National Museum au Royaume-Uni.

En février 2018, une exposition très importante lui a été consacrée au Sharjah Art Museum sous le nom de «Fragrances de la forêt et photos», en février 2018.

 

 

Qarm Qart

Carmine Cartolano alias Qarm Qart est né en 1972 à Buonabitacolo (Salerno). Il a étudié l’arabe et le persan à l’Istituto Universitario Orientale de Naples. Artiste, écrivain et traducteur, il vit au Caire depuis 1999 où Il enseigne l’italien comme langue étrangère. Qarboush de Qart – œuvres créatives sur le tarboush – offre plusieurs niveaux de signification dans l’interprétation du passé et du présent égyptiens. Le tarboush en tant que couvre-chef masculin est maintenant une relique historique. Mais qu’en est-il de sa force symbolique de privilège national et patriarcal? L’artiste nous fait réfléchir pour savoir si ce privilège est allé de pair avec le tarboush lui-même, en nous introduisant dans des espaces inquiétants et intrigants.

 

 

 

«J’ai brodé 30 tarboush (faits main) illustrant 30 citations tirées de la trilogie du Caire de Naguib Mahfouz.Je pense que le tarboush – loin du symbole qu’il avait dans le passé – est un beau chapeau qui peut être porté encore aujourd’hui par les jeunes. Mon Qarboush est un tarboush ayant du style.» a déclaré Qarm Qart.