Mon Liban d’Azur construit des ponts entre le Liban et la Riviera française

Lors d’une somptueuse soirée à la terrasse du restaurant «La Martingale», le Casino du Liban a accueilli les organisateurs et participants à l’initiative Mon Liban d’Azur qui vise à encourager les échanges culturels, artistiques, sociaux, académiques et commerciaux entre la Riviera française et Beyrouth.

 

Coupant le gâteau.

 

La soirée a rassemblé des personnalités politiques et sociales francophones dont le ministre de l’Environnement Fady Jreissati représentant le président de la République général Michel Aoun, Lynn Tehini représentant le ministre de la Culture Mohamed Daoud, le député Henri Hélou. Une élite de chefs cuisiniers français dont le chef Christian Plumail étoilé Michelin, le chef pâtissier Serge Serain Cappa, ainsi que d’autres noms prestigieux de la restauration à côté des représentants des médias libanais et étrangers étaient également présents.

 

Le ministre Fady Jreissati et Lara Khoury Hafez, directrice Marketing du Casino du Liban avec des invités.

 

Le Casino du Liban soutient Mon Liban d’Azur

Après l’hymne national des deux pays, la directrice Marketing du Casino du Liban, Lara Khoury Hafez, a prononcé une allocution, présentant d’abord ses condoléances suite au décès de l’ami du Liban, l’ex-président français Jacques Chirac, qui a toujours œuvré en vue de consolider les relations entre les deux pays.Elle poursuit: «Alors que nous célébrons le 60e anniversaire du Casino du Liban, cette institution touristique aux multiples facettes, et l’un des casinos les plus notoires au monde, nous tenons à assurer notre fidélité à cet endroit et àson patrimoine culturel».

«Le Casino du Liban n’a pas hésité à présenter son soutien total à l’initiative Mon Liban d’Azur, étant pionnier dans ce domaine depuis plus de 50 ans. En 1962, M. Victor Moussa, fondateur et président du Conseil d’administration du Casino à l’époque, a visité Cannes en vue d’établir un pont touristique entre les Riviera française et libanaise. Raison pour laquelle nous nous engageons, à travers cette intiative, à bâtir un pont et le traverser des deux côtés de la Méditerranée», a-t-elle déclaré.

 

Marianne Hélou et Lara Khoury Hafez.

 

Mon Liban d’Azur relie les deux rives de la Méditerranée

De son côté, la présidente de Mon Liban d’Azur Géraldine Ghostine a remercié tous ceux qui ont contribué au succès de cette initiative.«Nous sommes réunis ce soir dans la fameuse baie de Jounieh,qui ressemble à la baie des Anges de la Côte d’Azur.C’est un honneur et un pur bonheur pour moi de vous accueillir et de vous remercier d’avoir répondu à notre invitation à cette soirée d’ouverture», a-t-elle remarqué.

Et d’ajouter: «Notre but est de stimuler les échanges économiques, sociaux, culturels, touristiques et universitaires entre les deux rives de la Méditerranée. Ces échanges entre le Liban et la France remontent à l’époque de la manufacture des fils de soie au Mont Liban qui passaient par la ville de Lyon, ce qui témoigne de la solidité des relations entre les deux pays», tout en souhaitant «que cette ligne qui relie les deux rives de la Méditerranée conserve son éclat à travers votre soutien à cette association.»

 

 

Dans son allocution, la sénatrice des Alpes Maritimes, Mme Dominique Estrosi Sassone, a souligné l’amitié qui relie le Liban et la France, tout en évoquant la diversité, l’hospitalité et la générosité du peuple libanais proche du goût européen.

 

Mme Dominique Estrosi Sassonne, Sénatrice des Alpes Maritimes.

 

Beyrouth et Nice deux villes jumelles

L’initiative Mon Liban d’Azur qui constitue un jumelage entre les villes de Beyrouth et Nice, vise à stimuler les efforts sérieux pour activer des projets entre les deux régions, qui partagent une culture commune et des points de grande resemblance tels la position géographique sur la Méditerranée, la proximité des montagnes et de la mer, l’art de la cuisine et la viticulture, la corniche maritime, le Casino du Liban et le Casino de Monte Carlo, les partenariats académiques entre les universités, outre l’hospitalité et la générosité qui caractérisent les Libanais et les peuples du Sud de la France.

Cette initiative se poursuivra l’année prochaine à travers l’accueil d’un groupe de Libanais à la Riviera Française.