Une grande réalisation médicale à Bellevue Medical Center

L’équipe du Bellevue Medical Center ainsi que les membres de la direction avec le ministre de la Santé Ghassan Hasbani.

 

 

En présence du ministre de la Santé Ghassan Hasbani, du directeur médical de BMC Dr Ghassan Maalouf, du vice-président du Conseil d’administration de l’hôpital Mr Nayef Maalouf, ainsi que du corps médical, le centre hospitalier Bellevue à Mansourieh a réuni les médias autour de la grande réalisation médicale effectuée à l’hôpital, à savoir la transplantation d’un utérus. Une première au Liban et dans la région Mena.

L’opération a eu lieu dans le cadre d’une recherche mondiale initiée en Suède par le Pr. Matts Brännström et le Dr d’origine libanaise Randa Akouri. Une longue opération de 12 heures qui exige un hôpital équipé à la pointe de la technologie et doté d’une aération indispensable pour contrer les inflammations, raison pour laquelle l’équipe suédoise a sélectionné l’hôpital Bellevue de Mansourieh où une patiente jordanienne de 23 ans et sa maman donneuse ont subi cette opération qui nécessite un suivi et une médication pendant des mois. La greffe de l’utérus se déroule simultanément chez la donneuse et la receveuse, puisque l’organe est prélevé et ensuite greffé chez la receveuse au cours d’une opération qui dure 12h d’affilée. Objectif? Contrer les cas d’infertilité féminine pour les femmes qui désirent avoir une grossesse normale.

Dans ce cadre, un protocole a été élaboré en collaboration avec le Comité du don d’organes au Liban et le ministère de la Santé, afin que l’opération soit conforme aux règlementations internationales. Ce protocole comprend des évaluations médicales et psychologiques, la donneuse devant être vivante et âgée entre 18 et 40 ans. Elle doit être mise au courant des risques. L’idéal serait une parente à la demandeuse, pour une meilleure compatibilité des organes.

Une année d’attente est nécessaire pour s’assurer qu’il n’y a pas de rejet ni de complications post-greffe. Pour cela, des médicaments anti-rejet et des scans cervicaux seront administrés à la patiente. Au bout d’un an, si tout va bien le cycle des règles reprend et l’utérus aura bien récupéré. L’inoculation d’un embryon congelé a alors lieu, avec des chances de réussite dès cette première tentative. Dans le cas contraire, les essais se poursuivent jusqu’à ce que l’opération réussisse sans délai d’attente entre les tentatives d’insémination. L’accouchement se fait par césarienne.

La première intervention a été pratiquée en 2013 en Suède et le 1er accouchement a eu lieu en septembre 2014. Sur 7 transplantations d’utérus, 5 grossesses ont été enregistrées et 4 bébés sont nés en pleine forme.

La greffe dure entre 5 et 7 ans, ce qui donne à la personne la chance de contracter une à deux grossesses, la prise de médicaments ne devant pas dépasser les dix ans pour ne pas avoir d’effets secondaires. Cette première opération au Liban entre dans le cadre d’une recherche mondiale qui attend d’être légiférée en 2023. Le centre médical Bellevue a mobilisé ses équipes médicales et s’est chargé des frais de l’opération.

Cette opération confirme le Liban comme un pays leader dans les soins hospitaliers. D’après des rapports internationaux récents, le Liban est classé premier dans le monde arabe et 32e au rang mondial en matière de services médicaux.