La Beauté et la Spiritualité de Medjugorje

Prestige N 292, Oct-Nov. 2018

 

Voyage par Mireille Bouabjian

 

A la frontière croate, au sud de la Bosnie-Herzégovine, un petit village nommé Medjugorje est devenu un centre de tourisme et de pèlerinage international. Depuis le 24 juin 1981, date de l’apparition de la Vierge Marie à six enfants de la paroisse, 20 millions de pèlerins se sont rendus dans cette localité. La prospérité apportée par le tourisme religieux a donné naissance à une panoplie d’hôtels, d’échoppes et de restaurants, tout autour du village. Au Liban, L’Association des Amis de Marie Reine de la Paix, fondée par Sanaa Nassar et dont tous les responsables sont bénévoles, en collaboration avec Télé Lumière, organisent depuis plus de deux décennies des pèlerinages à Medjugorje, dont un au Nouvel An, un autre à Pâques, puis entre début mai et début octobre, un pèlerinage hebdomadaire. Dans ce cadre Prestige a accompagné les pèlerins dans ce lieu qui mérite le détour. Clichés des sites les plus saisissants.

 

 

 

 

Petit village devenu grand

Au cours de l’Histoire, Medjugorje a été marquée par une permanente migration de ses populations. Avant la Première Guerre mondiale, les habitants partaient à l’étranger à cause de la grande pauvreté. Entre les deux guerres, ils allaient vers l’Amérique du Nord et du Sud, à cause de l’hégémonie serbe et des persécutions de la Yougoslavie. Après la Seconde Guerre mondiale, la dictature communiste a provoqué une émigration massive. D’origine slave, le nom de Medjugorje signifie la région comprise entre deux monts: Krizevac et Crnica, appelé également colline de Podbrdo. A 200m d’altitude, Medjugorje est à quelques kilomètres de la mer Adriatique. Ce petit village n’avait ni eau courante ni téléphone. Aujourd’hui, c’est une ville à part entière, sa population compte 5.000 habitants, et sa capacité hôtelière s’élève à plus de 30.000 lits. L’afflux de millions de pèlerins a contribué à la prospérité touristique de Medjugorje.

 

Beyrouth-Medjugorje

A l’aéroport de Beyrouth, les groupes de pèlerins se forment, sous la supervision des guides. A bord de la Croatia Airlines, l’aéroport de Mostar est le passage obligé de notre destination. Un parcours de 45 minutes en bus reste à faire pour atteindre le village, situé à 25km au sud-ouest de Mostar. Un magnifique panorama champêtre parsemé de vignobles et de maisons entourées de verdure s’offre à nos yeux. Dans une ambiance bon enfant, nous arrivons à Medjugorje, où une atmosphère de paix et de sérénité côtoie la cacophonie régnante autour des hôtels.

 

La statue blanche de Marie Reine de la Paix à l’entrée de l’église Saint-Jacques.

Histoire des apparitions

de la Vierge aux enfants

Le 24 juin 1981, vers 6 heures du soir, six enfants: Ivanka Ivankovic, Mirjana Dragicevic, Vicka Ivankovic, Ivan Dragicevic, Ivan Ivankovic et Milka Pavlovic voient sur la colline de Crnica, à quelques centaines de mètres de Podbrdo, une jeune dame portant un enfant, qui leur demande de s’approcher d’elle. Etonnés et apeurés, ils ne le firent pas. Le lendemain, le 25 juin 1981, à la même heure, quatre d’entre eux, Ivanka Ivankovic, Mirjana Dragicevic, Vicka Ivankovic et Ivan Dragicevic sont attirés par ce lieu où ils ont vu «notre Dame», la Gospa ou la Dame en croate. Ils sont bientôt rejoints par Marija Pavlovic et Jacov Colo. Ce jour-là, ils ont prié et dialogué avec la Vierge, raison pour laquelle la fête des Apparitions est célébrée le 25 juin. Le groupe des témoins de Medjugorje est formé.

L’église Saint-Jacques

La paroisse des Franciscains a été fondée en 1892, et placée sous la protection de Saint Jacques, patron des pèlerins. Après la Seconde Guerre mondiale, les habitants construisirent l’église actuelle de Saint-Jacques, aux deux clochers, achevée et consacrée le 19 janvier 1969. A l’époque, elle suscita l’étonnement à la fois de l’ingénieur et des habitants, au nombre de 500 à peine, qui la trouvèrent immense pour eux. Tout le monde ignorait en fait, son futur destin de lieu de pèlerinage mondial, accueillant plus de 2 millions de visiteurs par an. Effectivement, depuis le 24 juin 1981, l’église pourtant si grande, ne désemplit plus. L’afflux de pèlerins a suscité la construction, en 1989, de l’autel extérieur, derrière l’église. Il accueille près de 5.000 personnes assises lors des célébrations régulières, et parfois plus de 100.000 jeunes lors du Festival des Jeunes. Une statue blanche de Marie Reine de la Paix trône sur le parvis de l’église Saint-Jacques. Installée en 1987, la statue est en marbre et marque la première apparition de la Vierge. En cette fin de mois d’août, les rues de Medjugorje grouillaient de touristes venus des quatre coins de la planète. Des Libanais en premier lieu, mais aussi des Italiens, Espagnols, Canadiens, Américains et même Japonais… Derrière l’église Saint-Jacques, se dresse le monument du Resucito. A l’occasion du Jubilé, en 2000, un concours a permis de choisir cette fameuse Croix du Christ ressuscité.

 

Le monument du Resucito attire les pèlerins.

 

 

Père Slavko Barbaric 1946-2000

A 200m du Resucito, la tombe du père Slavko Barbaric, religieux de l’ordre des Franciscains né le 11 mars 1946 suscite notre curiosité. Père spirituel des pèlerins depuis 1982, il a fait de hautes études en théologie, un doctorat en pédagogie spirituelle et des sessions de réadaptation psychologique. Il a également écrit de nombreux articles et livres sur la spiritualité de Medjugorje, traduits en plusieurs langues. En 1988, le Vatican l’envoie vérifier les apparitions à Medjugorje. Il y a demeuré jusqu’à son décès, le vendredi 24 novembre 2000, à 3 heures et demie de l’après-midi, sur la croix de Krizevac, après avoir terminé le chemin de la Croix avec les pèlerins.

 

A Medjugorje, père Slavko Barbaric a consacré sa vie, au travail, à la prière et au jeûne.

 

Colline de Podbrdo et la Croix Bleue

La colline des Apparitions est le premier lieu de visite de la Vierge à Bijakovici, à quelques mètres de la région. Le sentier est abrupt et rocailleux, tracé par les pas des millions de pèlerins qui l’escaladaient. Une croix en bois rappelle le lieu de l’apparition de la Vierge. Estimant que les apparitions constituaient un danger pour la sécurité de l’Etat, le régime communiste poursuivait les témoins. Un jour, alors qu’Elle leur apparaît, les enfants se rassemblèrent autour d’Elle pour se protéger. Une croix bleue a été ajoutée à cet endroit.

 

La Croix Bleue a été ajoutée pour accueillir davantage de pèlerins.

 

Croix au sommet de la colline de Krizevac

A 520m d’altitude, le mont de la Croix est à 1km de l’église Saint-Jacques. Avec la colline des Apparitions, l’ensemble forme un triangle. En 1933, pour commémorer le 1900e anniversaire de la Crucifixion et de la Résurrection du Christ à Jérusalem, le curé et les villageois érigèrent au sommet de Krizevac, une croix en béton armé de 8,56m de hauteur, portant la mention 33-1933, au cœur de laquelle ils placèrent des reliques bénies de la Croix réelle du Christ, ramenées spécialement de Rome.

 

Plus difficile d’accès, la croix de Krizevac.

 

 

Humac

Humac, à 40 km de Medjugorje, se distingue par l’église de Saint- Antoine de Padoue, construite pierre par pierre par les habitants. Le dimanche, les personnes âgées apportaient les grandes pierres et les enfants, les petites. Ceci a donné un aspect multiforme à l’édifice, rappelant à chacun de nous qu’il est une pierre constituante de l’église. A 10km de Medjugorje, une halte de fraîcheur a lieu à Kravice, avec ses merveilleuses cascades, qui ont fait le bonheur de tous les pèlerins.

 

Les chutes d’eau de Kravice.

 

Tihaljina

L’histoire de Tihaljina est également liée à celle de son église, Saint-Elie. Sur la grande place une statue de la Vierge en marbre carrare vous accueille, alors qu’à l’intérieur, la statue de la Vierge de Tihaljina est le premier symbole des apparitions de Medjugorje, à cause de la réponse des six voyants à la question: «A qui ressemble la Sainte Vierge?», lorsqu’ils se sont exclamés unanimement à leur curé, père Jozo Zovko: «Elle ressemble à la Vierge de Tihaljina!».

 

La statue de la Vierge de Tihaljina en marbre carrare.

 

Couvent des Franciscains à Siroki Brieg

A 25km de Mostar, la capitale économique et culturelle sur la Neretva, se trouve le plus ancien couvent des Franciscains en Bosnie-Herzégovine, bâti en 1846. L’église fut détruite et la première à être rebâtie. En 1905, les moines construisirent une église dédiée à la Vierge, et fondèrent une école publique et un musée qui furent incendiés en 1945. Le 8 février 1945, 31 moines franciscains et professeurs furent également tués et brûlés. Mostar fut brûlée en 1992. Le vieux pont de Mostar  est l’emblème de la ville. Construit par les Ottomans au XVIe siècle, il se distingue par son architecture islamique.

 

Le vieux pont de Mostar fut restauré en 2004.

 

Le Cénacle, Cenacolo

Ce sont des maisons fondées en Italie par Rita, née dans une famille pauvre de 10 enfants. A 19 ans, elle entre au couvent pour sauver les jeunes ivrognes et drogues. Venue à Medjugorje en 1985, Rita, devenue sœur Elvira, fonde le Cénacle pour accueillir et réhabiliter les toxicomanes et les personnes en détresse de tous les pays, à travers la prière et le travail.