Carine Salameh Chalhoub

Untitled-3

© Archives Carine Salameh Chalhoub

Quand avez-vous créé votre marque C-rocks? Était-ce à partir d’un besoin personnel d’avoir les mains libres? J’ai commencé la marque en Septembre 2015, puisque je suis passionnée par la mode, les chaussures et les sacs. Je pensais à un nouveau concept, pour le marché libanais et j’ai eu l’idée d’une banane à la mode, qu’on ne trouve pas au Liban. Nous pouvons trouver des bananes dans des marques de sport comme Adidas ou Nike ou avec des marques comme Chanel, très chères. Je pensais à une ligne de moyenne gamme qui serait abordable.  C’est très pratique pour les mères, pour les femmes qui veulent sortir le soir les mains libres, pour voyager. Je peux dire aussi en raison d’un besoin personnel qui a contribué à l’idée.

Est-ce que ce concept qui allie esthétique et fonctionnalité plaît aux femmes libanaises? Il plaît beaucoup, les réactions ont été très bonnes, quand j’ai lancé la marque, le succès fut immédiat, surtout que certains sacs combinent ceinture et bandoulière, vous pouvez enlever la ceinture et porter le sac sur l’épaule. Cet article a eu beaucoup de succès et a très bien vendu.

 

 

FOZY 200

Fozy. Copyright C-rocks

OTUS 240

Otus. Copyright: C-rocks

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avez-vous un magasin au Liban? Non, je vends via le site web et vous pouvez trouver mes sacs dans des concept store au Liban et récemment à Dubaï, je ne prévois pas à court terme d’ouvrir un magasin, car c’est très coûteux et la situation actuelle n’est pas très encourageante.

Vos sacs sont fabriqués au Liban, avez-vous votre propre atelier ou vous donnez vos créations à des ateliers de fabrication? Je donne mes dessins à des ateliers libanais très professionnels avec une expérience de plus de 20 ans, mais c’est moi qui crée l’idée et qui apporte les matériaux du cuir, tissus aux accessoires. Je pense à tout, de A à Z et l’atelier exécute mes créations.

 

 

KLUDD 220

Kludd. Copyright: C-rocks

HOOT 240-2

Hoot. Copyright: C-rocks

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avez-vous commencé à exporter vos modèles de sacs? Comme je l’ai déjà dit, on peut trouver mes sacs dans un concept store à Dubaï. Je travaille pour que mes articles soient disponibles en Egypte et je vais exposer à Amman. Je suis pleine d’espoir parce que tout cela a été fait en moins de six mois. Propos recueillis par Rita Saadé