Bahia Hariri

Prestige N 92, Janvier 2001

UN GRAND CŒUR TOUT SIMPLEMENT…

D’un naturel désarmant, personnage hors du commun, authentique, indissociable du paysage humanitaire, œuvrant inlassablement et dans l’ombre, telle une fourmi laborieuse, à la renaissance de la Culture et la sauvegarde du Patrimoine, célèbre pour ses réalisations et pourtant d’une discrétion exemplaire. Nous avons rencontré la députée dans sa ville bien-aimée, loin des feux des médias. C’est d’ailleurs à Saïda et au Liban que l’Ambassadrice de Bonne Volonté de l’Unesco dédie cet hommage, reconnaissance à vingt-cinq ans d’engagement. Rendez-vous unique qui révèle une femme, une mère, un être pétri d’émotion.

Bahia Hariri6

© Prestige/ J-C Bejjani

Vous avez été nommée, le 17 novembre 2000, Ambassadrice de Bonne Volonté par l’Unesco, à son siège de Paris, qu’est-ce qui vous a valu ce titre honorifique accordé seulement pour la deuxième fois à une femme arabe? C’est au Liban et à tous les Libanais que revient ce titre. Le prix s’adresse à la collectivité, le mérite personnel passe ensuite. Il est vrai que j’entretiens une relation de longue date avec l’Unesco, puisque j’œuvre depuis vingt-cinq ans en faveur du patrimoine et de l’enseignement. Je suis donc en contact permanent avec le directeur de l’Unesco, Monsieur Koïchiro Matsura, et précédemment avec Monsieur Federico Mayor qui s’est d’ailleurs rendu deux fois au Liban.

En marge des accords conclus, je participe à toutes les conférences de l’Unesco, j’y expose régulièrement mes idées et mes projets qui pour la plupart reçoivent un accueil favorable et sont retenus. J’œuvre aussi pour la promotion et à l’exécution au Liban des programmes de l’Unesco. Le titre d’Ambassadrice a été suggéré en raison de mon engagement dans la culture et l’enseignement et ma contribution officielle à la vie publique en ma qualité de députée et surtout de présidente de la Commission parlementaire pour l’Education.

L’Unesco considérait que je représentais parfaitement cette image de la femme arabe active. Ce titre, cette tribune, officialisent davantage mon rôle, le rendant par cela même plus efficace et me poussent à agir, à cumuler plus de responsabilités. Enfin, ce titre fait la fierté du Liban, car c’est reconnaître que nous sommes un peuple énergique, tenace, persévérant qui œuvre pour accéder à un statut international.

Bahia Hariri2

Le 17 novembre 2000, durant une cérémonie à son siège de Paris, l’Unesco nomme Bahia Hariri Ambassadrice de Bonne Volonté. © Archives Bahia Hariri.

De vos projets adoptés par l’Unesco, quel est celui qui vous tient le plus à cœur? Mémoire et Appartenance présenté à l’Unesco qui l’a adopté d’emblée et l’a diffusé dans le monde entier. Ce projet s’adresse aux jeunes afin qu’ils prennent conscience de leur patrimoine et retrouvent ce sentiment d’appartenance à leur terre. D’abord lancé à Saïda, le programme mis à exécution il y a six ans s’étendra bientôt à toutes les régions du pays. J’ai réalisé qu’il ne suffisait pas d’étudier et de réciter l’éducation civique dans les manuels scolaires.

Pour nourrir leur mémoire collective, les jeunes doivent réaliser des projets concrets, adopter des sites historiques. Il est indéniable que la globalisation a envahi notre société. Si elle ne se rattache pas à son patrimoine, son environnement, ses us et coutumes, la nouvelle génération, déracinée, n’aura plus d’assises et ne sera plus qu’une partie du village global. Vous savez, œuvrer pour la culture et le patrimoine est un travail de longue haleine, on ne peut l’accomplir d’un seul coup. Nous avons traversé une guerre qui avait pour objectif de nous éliiminer, de détruire notre culture, nos racines. Lorsque je me suis lancée dans la politique, c’était cela mon leitmotiv : «affirmer chez ces enfants nés pendant la guerre leur appartenance au Liban. Pour cela j’ai lancé un ensemble d’initiatives, dont la dernière consistait à emmener les enfants du Sud-Liban libéré à la découverte de Beyrouth, de Baabda, du Parlement, de Baalbeck…pour leur montrer que leur pays a vraiment besoin d’eux, qu’ils en faisaient partie. Il ne s’agissait pas juste d’une simple promenade comme l’ont prétendu certains. Cette excursion, cette «promenade» c’était un retour à la patrie.

Vous semblez attacher une importance particulière à la mémoire affective, vous rappelez-vous les émotions qui ont marqué votre propre enfance? La mémoire n’est pas seulement virtuelle. Pour alimenter le souvenir, on doit toucher quelque chose de concret… Qu’est-ce qui reste de l’enfance? Le quotidien? Non, une couleur, une odeur, une saveur, un jour particulier, une promenade qui ont généré une émotion. Ce qui reste de mon enfance? Des moments parfois tristes et souvent joyeux. Des fêtes, je me rappelle la place des balançoires, du côté du Khan el Franj. On y trouvait les vendeurs de maallal et de cornichons à la moutarde, qui avaient ce goût si particulier, cela aussi nourrit la mémoire.

Je me rappelle surtout la visite à notre école, du président du Sénégal, le grand poète Léopold Sédar Senghor. Et également les visites familiales traditionnelles, qui se font bien rares aujourd’hui. Comment alors rattacher l’enfant à son environnement? Fondamentalement, par le biais de programmes parascolaires, qui rétablissent ce lien et édifient sa mémoire.

En quoi consistent les grandes lignes de ce programme? Les élèves des classes secondaires sont invités à «adopter» un site historique ou géographique du Liban. Un an durant, ils y consacreront des recherches, réaliseront des statistiques, des photos et présenteront une exposition en fin d’année. Ce programme est déjà adopté dans les écoles du Sud, au Nord, à Tripoli et à Byblos …

Nous sommes confiants qu’il sera bientôt adopté par l’Association nationale des sites historiques classés ou en voie d’être classés, que nous avons fondée et inaugurée en présence du ministre de la Culture.

Avez-vous déjà perçu une prise de conscience de la part des jeunes? Et comment! L’été dernier, j’ai même confié à des enfants la restauration de vestiges des quartiers historiques durant la saison d’été. Ils ont dépoussiéré et nettoyé de vieilles pierres et ils ont adoré ça. De même, des enfants se sont improvisés guides pour les délégations en visite à Saïda. Croyez-moi, à présent, ils en savent bien long sur leur patrimoine, et ils en sont très fiers. Et n’oublions pas le très dynamique Conseil Municipal des Enfants, le mouvement pour la renaissance du folklore. Vous verrez souvent 600 à 700 enfants se déplacer en bus, d’une région à l’autre, pour présenter un spectacle de danse populaire. La spécificité, la préservation de l’identité de la mémoire de la nation, c’est notre mission qui rejoint les principes mêmes prônés par l’Unesco. Ces programmes concrets mettent écoles privées et écoles publiques à égalité. Ils fusionnent les enfants dans un même creuset qui est le patrimoine. Aux orphelins sont offerts fournitures et uniformes à même titre que les autres écoliers, afin que les’ plus démunis ne tiennent rancune à la société et que soit instaurée à l’avenir la paix sociale.

Nous envisageons d’autres projets qui mobiliseront les étudiants: un parc, un jardin, un puits artésien au Sud – Liban. Je souhaite que ces projets s’étendront un jour à tout le pays et que les jeunes émigrés y participeront ou encore des étrangers dans le cadre de jumelages. Il est important que les jeunes du monde entier se rencontrent. Et je ne manque jamais d’envoyer des jeunes libanais aux grands rassemblements de la jeunesse.

Vous œuvrez également et avec le même dynamisme pour l’amélioration de la condition féminine dans le monde arabe. Vous êtes à cet égard l’instigatrice du Sommet du CaireJustement, pourquoi avoir choisi cette dénomination de «sommet» pour la première rencontre de la Femme arabe au Caire? Une réunion de Premières dames est déjà par définition une rencontre «au sommet». Présidentes de mouvements féminins pour la plupart, elles dirigent leurs propres projets, jouissent d’une certaine liberté d’action et sont proches du pouvoir. Leur présence au sommet lui confère donc une connotation «légale», «officielle», et facilite l’exécution ultérieure des recommandations et décisions. Notre objectif était non seulement de rassembler activistes et pionnières mais de leur fournir une tribune, une rampe de lancement, de leur déblayer le chemin vers le succès de leurs entreprises. Couverture médiatique et participation internationale record: notre sommet a en effet retenu l’attention du monde entier, parce qu’il est inédit. C’est en effet la toute première initiative lancée par la Femme du monde arabe et nous devons en être fières.

Nous n’avons pas l’intention de nous replier sur nous-mêmes mais d’exposer au monde nos propres expériences, de provoquer l’événement. D’ordinaire, ce sont les organisations internationales qui nous invitent en qualité de participantes. Nous ne nous étions jamais réunies seules sans recommandation, ni tutelle. L’initiative du Liban à travers la Fondation Hariri a permis de rassembler pour la première fois les femmes arabes.

Bahia Hariri0

Au sommet de la femme arabe avec SM Rania de Jordanie et sa fille Ghina. © Archives Bahia Hariri

Bahia. Hariri n’oubliera jamais ses anciennes amitiés… ni ses professeurs, à qui elle rendra hommage à plus d’une occasion. Ce fut le cas pour Angélique Saliba, la directrice de son école, qu’elle tiendra à convier à l’Unesco …

Bahia Hariri1

Avec Angélique Saliba, ancienne directrice de l’école où la députée fit ses premières études. © Archives Bahia Hariri

En quoi ce sommet allaitil faire la différence? Je tenais à ce que cette rencontre reflète la réalité des faits. Il y avait déjà eu de nombreuses conférences et leurs organisateurs ont beaucoup de mérite. Elles ne menaient pas toutefois à grand-chose: j’ai été souvent invitée à relater mon expérience politique et au fil de ces conférences, je me suis rendu compte que cela ne débouchait à rien. On prononçait son mot, on rangeait ses affaires, puis on partait chacune de son côté. Ce qui avait été dit était aussitôt oublié. Je réalisais qu’à partir de ma position, je pouvais faire bouger-les choses. Il était essentiel à mes yeux d’envisager un statut collectif, d’unifier notre cause, de mettre en lumière les questions d’actualité, de «penser» désormais sur un plan international.

Au Sommet de Beijing, la participation féminine arabe était tout de même remarquable … Mais voilà, nous n’avions pas une seule motion unifiée à présenter de la part de tous les pays arabes. Nous ne l’avions jamais fait auparavant. Il fallait donc envisager le prochain sommet de Beijing, établir des contacts. Nous avons commencé les préparatifs. Notre sommet s’est tenu sous l’égide officielle de la Ligue Arabe. Le pays hôte, le plus peuplé du monde arabe, étant l’Egypte, sa Première dame s’est vu naturellement confier la présidence du Sommet.

Suzanne Moubarak: a beaucoup contribué à la réussite du Sommet. Ses résultats ont été très satisfaisants, et les décisions prises se ‘fondaient sur les réalités du monde arabe. Les comités de préparation se sont remis à l’œuvre: la Ligue Arabe, le Conseil Populaire d’Egypte, la Fondation Hariri; et bientôt la Commission pour les affaires de la Femme au sein de l’Union parlementaire arabe.

«Je dois beaucoup à ma famille qui m’a orientée, m’a soutenue et m’a appris le respect des autres»

La résultante de leurs efforts contribuera à créer un réseau de communication entre les Etats, les sociétés, les peuples, les pionnières dans le monde arabe, à assurer les liaisons avec les ONG, à réunir et à fusionner toutes les études, analyses et statistiques relatives à la femme arabe. C’est le comité qui définit également les thèmes des ateliers de travail de l’année en cours, conférences à petite échelle, qui «tissent» autour du sommet.

Comment avez-vous réussi à concrétiser votre idée en un temps relativement court? Il était indispensable d’organiser un sommet, avec le début du nouveau millénaire, de se retrouver pour discuter ensemble des questions communes. L’idée a germé à la Conférence de Tunisie.

Je l’ai proposée aux Premières dames dont SM la reine Rania, nous nous sommes vite aperçues que nous partagions toutes les mêmes préoccupations. Pour nous ouvrir vers le monde, nous devions d’abord nous concerter, surmonter les obstacles et les contradictions, échanger nos expériences, adopter des recommandations en vue de les appliquer dans les pays respectifs suivant les spécificités de chacun, de la manière la plus adéquate, indépendamment des régimes au pouvoir. Notre souci restant de parvenir, dans la mesure de nos capacités, à stimuler la population civile et tenter des expériences qui seront bénéfiques pour la femme, et de là, pour la société.

L’information et la Femme, un thème que vous avez récemment soulevé L’image de la femme arabe est très souvent faussée par les médias, qui la décrivent comme analphabète, rétrograde, oisive. L’Information (en particulier visuelle et de communication comme Internet) doit intervenir pour rectifier cette idée de la femme. Dans les pays d’expansion, Brésil, Canada… il existe des associations de femmes d’origine arabe très dynamiques. Elles étaient ravies d’être conviées au Sommet. C’était bien la première fois qu’elles recevaient un appel d’une instance arabe.

Bahia Hariri4

Avec le Premier ministre Rafik Hariri. © Archives Bahia Hariri

Mais la condition de la Femme nest pas la même dans tous les pays arabes. Pas tout à fait la même, certes.

Il y a toutefois de nombreux points communs entre toutes les femmes du monde arabe. Je prends à titre d’exemple celles du Golfe. Nous considérons être émancipées, alors que notre modernisme se limite au mode de vie et à l’apparence… Les femmes du Golfe travaillent sans toucher à leurs coutumes, reçoivent une éducation, se lancent dans la vie professionnelle et ont même fondé l’Association des femmes d’affaires arabes! Il est vrai que dans certains pays la femme n’a pas le droit de conduire, mais ce n’est pas la fin du monde, elle parvient à travailler, elle protège sa société. Ces femmes-là sont aussi pionnières dans un certain sens, mais voilà, on sait si peu d’elles. L’objectif du Sommet c’était aussi de «faire connaissance». Avant de présenter une image de la femme arabe à la société occidentale, il fallait d’abord que nous la cernions nous-mêmes!

Bahia Hariri5

En famille, le pèlerinage à la Mecque. © Archives Bahia Hariri

En termes concrets, comment la femme bénéficiera-t-elle des décisions et recommandations de ce sommet? Tout d’abord, par le programme de lutte contre l’analphabétisme. A en croire les statistiques, 45 millions de mères dans le monde arabe ne savent ni lire ni écrire.

Parallèlement, nous élaborons un projet fondamental pour éradiquer l’ignorance technologique chez la mère, ce qui lui permettra d’instaurer un nouveau «dialogue» avec ses enfants. Et pourquoi chaque pays devrait-il tenter séparément de réaliser des projets individuels alors qu’il peut adopter un plan prototype? C’est l’importance de l’effort collectif pour un projet unifié, complet, global. Nous projetons aussi un accroissement de la productivité de, la femme dans chaque pays, car son apport à la production ne constitue pas 18% de l’ensemble de la population. Elle pourra être formée à un métier et accroître son potentiel productif à partir de son foyer. A l’heure actuelle, il y a financement d’un pareil projet mais il n’est pas efficace puisqu’il reste restreint.

A l’issue du Sommet, vous avez décrété le premier février Journée de la Femme Arabe, quelle en est la portée symbolique? Cette Journée adoptée par la Ligue Arabe et l’Union parlementaire arabe sera célébrée tous les ans. Cette journée sera également marquée dans chaque nation arabe par diverses manifestations et des compétitions, pour en faire à juste titre un jour-événement.

Bahia Hariri

Visite à Sa Sainteté le Pape. © Archives Bahia Hariri.

Vous avez été très émue lorsque vous avez cité votre famille à la cérémonie d’hommage de l’Unesco.
Ma famille a beaucoup fait pour moi, mon mari et mes enfants ont toujours été à mes côtés, ils m’ont toujours soutenue. Je n’ai pas réussi par ma seule compétence, mais parce que mon père et ma mère m’ont accompagnée, m’ont élevée suivant des valeurs morales, des principes. Mes parents m’ont inculqué le sens de la vie. Mes frères, en particulier Rafik, m’ont aidée à me lancer dans la vie active, ils ont renforcé ma confiance en moi, ils m’ont confié des responsabilités, m’ont soutenue, orientée, éduquée avec une certaine rigueur. Bien que j’étais fille unique, j’aurais pu être gâtée, profiter de ce statut privilégié, mais non, ils n’ont pas hésité à me confier des responsabilités, à me responsabiliser, ils m’ont appris le respect du prochain. J’étais choyée mais pas gâtée. Mes frères et moi nous étions amis, je me confiais à eux. Lorsque la Fondation Hariri a initié ses activités, mon frère Rafik m’en a confié la présidence. Les bases étaient toutes neuves, j’étais inexpérimentée, il m’a laissée me débrouiller toute seule. C’était un grand défi à relever … Ce soutien, je ne l’oublierai pas. Chacune des étapes franchies, je ne la dois pas uniquement à mes compétences, je ne suis pas seul artisan de mon succès, j’avoue avoir bénéficié de meilleures circonstances que d’autres personnes. Je me devais donc d’être à la hauteur de la tâche que l’on m’a assignée, de ma mission au sein du Parlement ou à la présidence de la Fondation. A un tel moment de ma vie publique, à partir de cette tribune, je ne pouvais que citer ma famille et lui rendre hommage.

Bahia Hariri3

Portrait de famille: Moustapha, Bahia, et leurs enfants: Ghina, Ahmed, Ola et Nader. © Archives Bahia Hariri

C’était naturel que les larmes me viennent aux yeux. Je suis très attachée à ma famille. Derrière mon apparence forte, j’ai pourtant un côté tendre. Le premier jour du Ramadan, le souvenir de mes parents me submerge, je visite le lieu où ils reposent. Mes parents avaient beaucoup de compassion pour les plus démunis, ils aimaient se pencher sur les cœurs en détresse. Ma mère repose à côté d’une maison de retraite pour le troisième âge. Le premier jour du Ramadan, je suis entrée chez ces vieux, je les ai étreints, je me suis enquis de leur santé, j’ai pleuré aussi, je me suis épanchée. Evoquer nos disparus, c’est les faire vivre à jamais. Ces souvenirs d’enfance me donnent de l’énergie et le courage de continuer, ajoutent un supplément d’âme à mon travail. Je garde le contact avec ma famille, j’essaie de lui rendre visite le plus souvent possible. Même si un adulte peut affirmer son autonomie, au crépuscule de sa vie, il aura besoin de l’affection de ses proches.

Je ne peux oublier que mes parents m’ont «armée» pour la vie, qu’ils étaient le point de départ de mon parcours humanitaire.

Propos recueillis par MARCELLE NADIM