Dr Peter Swan Un jardinage conforme à la loi naturelle

Prestige Nº 283 Fév.-Mai 2017

 

Propos recueillis par Marcelle Nadim

 

Notre profonde préoccupation à l’égard de l’environnement nous amène à réfléchir à la production agricole et à la façon dont nous pouvons travailler pour produire des aliments sûrs, pour une bonne santé grâce à des pratiques agricoles bénéfiques. Dr Peter Swan, présent à Beyrouth lors d’un séminaire sur l’agriculture organique et Védique de Maharishi, qui se penche sur la compréhension de la nature et sur l’introduction des principes de l’agriculture biologique, qui visent à transformer la fertilité des sols en passant des méthodes chimiques aux biologiques. Entrez dans le monde de l’agriculture biologique védique de Maharishi avec Prestige.

 

 

 

Dr Peter Swan

 

 

 

Dr Peter Swan, pouvez-vous nous dire la raison de votre visite au Liban? Je suis au Liban pour apporter la connaissance de l’agriculture et du jardinage védiques. L’agriculture védique signifie l’agriculture avec Veda, ce qui signifie la connaissance. Nous avons l’agriculture biologique, qui signifie agriculture sans toxines, sans poisons, mais l’agriculture védique va un peu plus loin, elle ajoute des connaissances. Quelle connaissance est-ce? C’est la connaissance de toutes les lois de la nature qui structurent la santé et l’évolution. Nous trouvons cela au niveau le plus profond du fonctionnement de la nature, le niveau silencieux où toutes les lois de la nature se trouvent. Dans la science moderne on l’appelle le champ unifié et ce champ unifié est le foyer de toutes les lois de la nature. Nous faisons notre jardinage conformément aux lois de la nature que nous connaissons, nous donnons de l’eau, nous assurons suffisamment de soleil, mais toutes les lois de la nature sont réellement impliquées dans notre jardinage. Par exemple le sol, la terre ont de nombreuses couches. À la surface, nous voyons des matières brunes, mais à l’intérieur, peut-être 5% ou 10% est constitué de matière organique, cette matière organique est formée de deux parties, dont l’une est vivante et l’autre non vivante. La partie vivante est principalement formée de bactéries, champignons et de nombreux autres organismes. Tous ces organismes ont évolué dans le sol à l’instar des plantes, ils évoluent tous ensemble. Les plantes et les organismes ont constitué le sol ensemble au cours des quatre cents derniers millions d’années. Les plantes ne peuvent pas vivre sans les organismes et les organismes ne peuvent pas vivre sans les plantes.

Qu’entendez-vous par organismes? Les bactéries, les champignons, les taupes, l’ensemble de ces éléments naturels ont évolué ensemble. Nous avons grandi avec l’idée que les bactéries sont mauvaises, mais seulement une petite proportion  cause la maladie, le reste des bactéries sont utiles et même essentielles pour notre santé. Tout le système doit être en équilibre, et ce sont les lois de la nature qui fonctionnent au niveau du sol. Nous pouvons animer la totalité des lois naturelles responsables de l’évolution, à travers la Méditation Transcendantale. La Méditation Transcendantale signifie permettre à l’esprit de descendre à des niveaux d’activité mentale minimale, jusqu’à ce que nous dépassions complètement toute activité mentale. Là où l’attention sera portée, l’objet sera animé. Nous avons besoin d’obtenir l’équilibre de la nature en nous, dans le sol, dans les plantes, partout.

Quel est le lien entre la méditation transcendantale et l’agriculture? L’agriculture est la base de notre santé, et c’est un  domaine qui ne remplit pas son rôle convenablement, parce qu’elle nous donne des aliments toxiques et pauvres en nutriments. Il faut donc élever l’agriculture. Nous aimons cultiver nos propres légumes parce qu’ils sont plus savoureux et plus nutritifs. Comment puis-je rendre mes légumes plus nutritifs? En utilisant le compost, qui est le processus de décomposition de la matière organique naturelle, ce processus rend les nutriments disponibles pour les prochaines générations, nous prenons toute la matière organique (plantes mortes ou plantes vivantes) et nous les faisons en tas et les décomposons d’une façon spécifique afin de produire les meilleurs engrais et bactéries pour le sol.

 

 

 

Méditation transcendantale dans un jardin. Lorsque nous méditons, nous vivifions cette valeur fondamentale des lois de la nature, non seulement en nous, mais aussi dans notre entourage et de ce fait la plante aussi en bénéficie. © Archives Peter Swan

 

 

 

C’est donc un engrais naturel? Oui mais pas seulement, c’est aussi une inoculation de bactéries et d’autres microbes dans le sol, car plus de 90% des sols agricoles dans le monde sont dégradés. Fondamentalement, la matière organique a été perdue, les organismes qui ont évolué avec les plantes sont réduits en nombre et en variété. Le compost restaure ces organismes dans le sol, nous fabriquons ce compost et le posons sur le sol afin de le restaurer.

Combien de temps faut-il pour produire du compost? Selon le système, cela peut prendre trois semaines ou 6 mois – il ya le compostage chaud et le compostage frais. Le compostage à chaud va plus vite.

Quelle est la différence entre le compost chaud et le compost frais? Dans le compost chaud, vous prenez des matières brunes, comme des feuilles brunes et de la paille, puis vous prenez des matières vertes, de l’herbe verte, des feuilles vertes et vous les empilez en les mélangeant. La partie verte étant riche en azote, le tas devient chaud. Pourquoi? Parce que les bactéries qui digèrent tout cela se multiplient, et leur métabolisme augmente la chaleur dans le tas. Puis il se décompose très rapidement, peut-être en trois semaines. Dans ce processus, la chaleur peut atteindre 72°C . À cette température, les graines de mauvaises herbes et les agents pathogènes sont éliminés. Nous obtenons un engrais exempt de mauvaises bactéries et plein de bonnes bactéries, nous l’appelons l’or noir, parce qu’il agit très positivement sur les plantes.

Qu’en est-il du compost frais? Pour le compost frais, chaque jour vous mettez tout ce que vous avez sur le tas.Vous ajoutez un peu plus tous les jours. Ce pourrait être des pelures de légumes,  des choses de votre jardin, mais comme vous ajoutez progressivement, le tas ne devient jamais chaud, il prend plus de temps, vous continuez à ajouter progressivement, puis vous prenez le  Compost prêt d’en dessous. La plupart des jardiniers suivent cette manière de faire, parce qu’il n’est pas facile d’obtenir les quantités de feuilles vertes et feuilles brunes ensemble pour faire le tas chaud. Vous devez être bien organisé pour le faire. Un bon compost est brun foncé et il fournit aux plantes l’alimentation et l’immunité, parce que tous les organismes qui poussent dans des conditions d’air, sont les bons organismes et ils occupent la surface de la plante; Les feuilles, les racines, puis les pathogènes ne peuvent pas trouver un endroit, parce que les bons organismes leur résistent. Les organismes dans le sol et dans l’air pur font partie de l’immunité de la plante. Lorsque nous méditons, nous vivifions cette valeur fondamentale des lois naturelles, non seulement en nous, mais aussi dans notre entourage. Nous avons un microbiome dans notre peau, dans nos cellules et ils s’étendent environ 90 cm loin. Nous partageons notre microbiome tout le temps avec les plantes, les uns avec les autres. Quand je médite, je deviens en équilibre de plus en plus et cela s’étend même à travers le microbiome. Maintenant, les scientifiques de pointe ne parlent pas seulement du microbiome, qui est dans un secteur spécifique comme dans l’intestin, ils parlent également de l’omnibiome qui signifie tout, parce que vous avez votre microbiome, j’ai mon microbiome, la maison a son Microbiome mais le tout est un omnibiome, constamment en interaction. Quand personne ne valorise la valeur fondamentale du droit naturel, alors tout se réduit au plus petit dénominateur commun qui est dominé par les effets de la société industrielle, beaucoup de toxines, beaucoup de pollution. Quand nous méditons, nous commençons à équilibrer cet omnibiome. Nous avons deux couches pour comprendre comment l’agriculteur méditant peut améliorer sa récolte, on est au niveau de la loi naturelle elle-même et une autre est au niveau de l’omnibiome, les organismes.

Qu’est-ce que le jardinage védique? Le jardinage védique signifie que l’activité du jardinier doit être en accord avec la loi naturelle. Qu’est-ce que ça veut dire? Cela signifie que peu importe ce que le jardinier fait, il ne viole pas la loi naturelle, ne cause pas de dommages dans son jardin. Ce que j’enseigne dans le séminaire est principalement la façon de jardiner en faisant moins et en obtenant une meilleure qualité de récoltes, de plantes. Par exemple, il est maintenant possible de jardiner sans creuser du tout, sans aucune mauvaise herbe, cela s’appelle No-dig gardening.

 

 

 

Une machine de plantation qui préserve l’environnement En roulant le seigle et la vesce et en plantant des graines de citrouille. © Archives Peter Swan

 

 

 

Cette méthode est-elle de plus en plus répandue? Je peux vous donner le nom d’un jardinier anglais, Charles Dowding. Il cultive pour le marché – les salades, les légumes – il pratique le jardinage sans creuser depuis plus de trente ans, et ses récoltes sont belles. Si vous creusez, c’est très dommageable pour la structure du sol (et fatigant pour le jardinier!). Le sol n’est pas le sable, le sol est le sable plus le limon plus l’argile plus la matière organique. Une partie de la matière organique est non-vivante et une partie de celle-ci est vivante. Tout cela se construit dans le sol par les organismes vivants, qui collent ensemble, les plus petites particules de sol, créant une structure dans le sol. Cette structure permet à l’air de se déplacer à travers, au sol de respirer, et il permet à l’eau de se déplacer à travers. Lorsque vous creusez vous fracassez cette structure et le sol n’est pas capable de respirer, il se compacte. Il est possible de jardiner sans creuser et d’entretenir une ferme sans labourer. Labourer et creuser sont les principaux responsables de la dégradation du sol dans le monde entier. Ces agriculteurs et jardiniers ont passé trente ans sans déranger le sol et ils obtiennent les mêmes rendements qu’avec l’agriculture chimique, et même des quantités plus élevées au cours des années sèches, parce qu’ils n’ont pas détruit le sol, et le sol amène l’humidité par le dessous. Ils obtiennent des récoltes de meilleure qualité, ils obtiennent la même quantité ou mieux et ils le font avec beaucoup moins de travail. Planter sans creuser ni labourer améliore le sol chaque année. Qui peut résister à cela?

Quelle est l’alternative si le compost n’est pas disponible? C’est excellent d’avoir du compost, mais ce n’est pas toujours essentiel. Permettez-moi de vous donner l’exemple d’un agriculteur de citrouilles en Pennsylvanie. En automne, il sème une culture de couverture constituée de seigle et de vesce, en utilisant un semoir direct qui ne perturbe pas le sol. Quand son champ de seigle et de vesce arrive au printemps, il le roule à plat et il devient paillis, couché à la surface du champ, ce paillis empêche les mauvaises herbes de la croissance, nourrit les bactéries et empêche l’évaporation de l’humidité du sol. Il utilise un semoir direct qui place la semence dans le sol sans la déranger, muni de disques de métal comme un couteau de pizza qui coupent à travers les restes de la récolte précédente et dans le sol, juste une coupe mince, et puis la machine est munie de derrière d’un tuyau qui fait tomber les graines dans cette fente, et les roues à l’arrière la ferment. Le paillis conserve l’humidité de façon que l’agriculteur n’ait jamais besoin d’irriguer, le paradis sur terre! Cet homme n’est pas un méditant, mais son agriculture est très en harmonie avec la loi naturelle parce que son sol s’améliore chaque année, au point où des scientifiques des universités viennent faire des recherches et trouvent que son sol s’améliore d’année en année. Quand je l’ai visité il ya huit ans, il n’avait jamais labouré son champ pendant 25 ans, l’entretien de son sol lui revient moins cher parce qu’il fait moins de travail.

 

 

 

Maharishi a dit: «L’agriculture c’est juste mettre la graine Dans le sol et La regarder grandir. » © Archives Peter Swan

 

 

 

 

Quel est l’avantage de l’agriculture védique pour l’environnement? Nous avons les solutions disponibles pour avoir une agriculture pure, qui produit de la nourriture pure, et guérit le sol en même temps. L’autre chose intéressante est que nous guérissons le sol en renvoyant la matière organique dans le sol. Cette matière organique est de 95% de carbone, une fois retourné dans le sol, il permettrait de réduire l’excès de carbone dans l’atmosphère et de guérir le réchauffement climatique. La majeure partie du carbone de l’atmosphère ne provient pas de l’industrie ou des automobiles, mais de terres agricoles et la quantité d’excès de carbone dans l’atmosphère a augmenté au même rythme que nous avons perdu le carbone de notre sol, année après année, pour les 100 dernières années. Donc, si nous changeons et faisons ce genre d’agriculture, et il y a de nombreuses façons de ramener le carbone au sol, ce qui nécessite beaucoup moins de travail, ce qui produit une culture non toxique, alors nous pourrions avoir un monde complètement sain. Il faut seulement que la conscience de l’agriculteur change.

Dr Peter Swan comment êtes-vous arrivé à l’agriculture védique? J’ai étudié à l’université la psychologie et la littérature. J’ai grandi en Afrique du Sud où mon père était agriculteur. Il était clair pour moi qu’aucun agriculteur ne savait ce qu’il faisait, ils essayaient tous ceci et cela. Ce n’était pas bon pour l’environnement et ne pouvait pas continuer, parce que leurs méthodes violaient la loi naturelle. Grâce à mes études de la science védique, j’ai enseigné pendant trente ans la Méditation Transcendantale et pratiqué l’Ayurveda. Les principaux Vaidyas (médecins Ayouveda) de l’Inde ont travaillé ensemble avec Maharishi pour relancer l’Ayurveda dans toute sa valeur. La connaissance de Veda est ancienne mais nous utilisons la recherche moderne – toute cette compréhension des bactéries est moderne. Nous utilisons la recherche moderne pour mieux comprendre. Ayurveda est basé principalement sur le régime alimentaire, alors encore une fois, je suis retourné à l’agriculture parce que ce que vous mangez doit être en accord avec les lois de la nature. Ce qui se développe dans chaque région est le meilleur pour les gens dans cette région. Je pratiquais l’Ayurveda en Afrique du Sud et j’ai commencé à regarder la nourriture indigène. Maharishi Mahesh Yogi m’a demandé de travailler dans l’agriculture, de mettre en place des fermes et de les faire fonctionner sur différents continents. Une fois que nous avons eu un projet sur une ferme en Ukraine, nous avons remarqué que la terre était comme le béton, après 60 ans d’agriculture avec des produits chimiques, et de grands tracteurs. Il n’y avait pas beaucoup d’eau ou de matière organique dans le sol. Nous avons dû faire beaucoup pour briser le sol et labourer, alors quand nous avons demandé à Maharishi comment résoudre ce problème, il a dit: «L’agriculture c’est juste  mettre la graine dans le sol et la regarder grandir …». J’ai été obligé par ma situation de mettre en place des fermes avec l’agriculture biologique pour découvrir toutes les dernières recherches sur la façon dont les plantes se nourrissent et comment l’agriculture peut être faite, avec moins de travail et d’une manière qui améliore le sol. J’ai travaillé avec des agriculteurs de premier plan en Europe, en Amérique, en Inde, en Afrique, en Australie et j’ai découvert le meilleur de ce qu’ils ont trouvé et mis ensemble.

Est-ce un long travail, combien d’années cela vous a pris? J’ai travaillé à peu près quinze ans dans l’agriculture, et actuellement j’enseigne l’agriculture.