Escapade en Extrême-Orient

Prestige N 290, juin 2018

 

Voyage par Wissam et Maya Maalouf

 

Un univers fascinant à découvrir

Prestige a accompagné Wissam et Maya Maalouf dans un long, très long voyage, aux confins de l’Asie, là où le temps s’arrête pour s’émerveiller et apprendre. Un Extrême-Orient qui bouge, qui fourmille, qui crée et qui émeut. Un monde où les frontières et les océans ne font qu’un, un monde qui allie traditions et modernisme, qui jongle avec l’art et la culture et qui fascine jusqu’à l’éblouissement. Allons fouiller dans les mémoires de l’histoire nippone, allons à la rencontre de la Chine et ses traditions, à la rencontre de la nature, de la beauté et de l’architecture. Poursuivons notre séjour jusqu’à atteindre les limites du fantastique. Voyage hors du temps.

 

Le château Ozakajo, à Osaka, plusieurs fois frappé par la foudre ou brûlé au fil des siècles, fut totalement restauré en 1997. Ancienne résidence du shogun, ou gouverneur d’Osaka, il abrite dans son musée une collection d’armures de l’époque féodale et un attrayant jardin notamment lors de la floraison des cerisiers. © Archives Wissam Maalouf

 

Kyoto, cité légendaire des geishas

Ancienne capitale du Japon, Kyoto reste la ville traditionnelle par excellence. C’est la ville éternelle des geishas, des musées présentant tous les aspects culturels du Japon ancien. C’est aussi la ville des jardins en fleurs, des palais et des grandioses villas nichées dans de magnifiques parcs verdoyants. Les pèlerins affluent de partout pour visiter ses temples, de cultes Shinto ou Buddha, décorés par les plus grands artistes japonais. Kyoto, de toutes les villes du pays nippon, reste la plus fidèle à ses traditions.

 

A Kyoto, les touristes peuvent louer les kimonos pour 1 ou 2 jours. © Archives Wissam Maalouf.

 

 

Tokyo, capitale magique du

pays du Soleil-Levant

Capitale du Japon depuis 1868, Tokyo est un immense centre administratif, commercial et culturel. Les touristes sont attirés par ses musées dont le riche Musée national, par ses paysages, son centre olympique, ses châteaux du XVe siècle, et surtout par ses compétitions de Sumo, -une lutte liée au culte shinto- qui enflamment les milliers de spectateurs sur les gradins des arènes.

 

Le centre-ville de Tokyo, Shinjuku. © Archives Wissam Maalouf

 

Tournoi de Sumo. © Archives Wissam Maalouf

 

 

Osaka la respectueuse des valeurs

Avec ses 19 millions d’habitants, Osaka s’étend majestueusement sur la côte de l’Océan pacifique. C’est le deuxième pôle économique du Japon. Centre industriel et touristique, Osaka est connu pour ses nombreux musées. Le peuple surprend par sa culture, sa politesse, son respect, mais surtout par sa discipline. Les restaurants, pour simplifier au client le choix de son menu, présentent les mets et disposent les ingrédients, dans leurs plus petits détails, dans des assiettes, le tout recréé en plastique. Un travail artisanal réalisé par une seule entreprise au Japon qui livre à la majorité des restaurants du pays ces petits chefs-d’œuvre.

 

Prototype de la bombe lâchée sur Hiroshima. © Archives Wissam Maalouf

 

Macao, le temple des casinos

Petite ville sur la côte de la Mer de Chine, ancien territoire portugais, Macao, à une heure de voiture à l’ouest de Hongkong est, gérée par elle-même. Saviez-vous que le visiteur venant d’une autre ville a besoin d’un visa pour s’y rendre? Cotai Strip, quartier chic qui occupe une grande superficie de la cité, est réservé exclusivement aux casinos. En effet, sur ses 34km2, Macao abrite 34 casinos! L’hôtel Le Parisien avec sa Tour Eiffel ou le Venitian Hotel avec ses gondoles -on s’y croirait à Venise- et d’autres hôtels… affichent souvent «complets», et les joueurs débarquant de toutes les régions du monde, envahissent les salles de jeux. Ici aussi, le legs du passé attire par le contraste surprenant de l’architecture de Macao. Le béton des bâtiments portugais et les constructions modernes cohabitent paisiblement dans un cadre enchanteur à souhait. Détente garantie à Senado Square, une agréable place dont les dalles, acheminées du Portugal, gardent depuis 400 ans, leur lustre. Notons que les signaux et enseignes sont toujours écrits en chinois et en portugais. C’est ici que se déroulent les festivals, les kermesses et plein d’activités culturelles et sociales.

 

Ruines de l’église Saint-Paul à Macao, construite par les Portugais. © Archives Wissam Maalouf

 

Macao. Hôtel Le Parisien Cotai Strip. © Archives Wissam Maalouf

 

Hongkong la chinoise

à l’âme britannique

 

Victoria Peak à Hongkong où s’élèvent les gratte-ciel. Le brouillard couvre souvent les beaux paysages. © Archives Wissam Maalouf

 

Balade de charme dans cette île qui grouille en permanence comme une ruche. Le visiteur est vite ébloui par cette méga ville qui ne dort jamais. Hongkong, avec ses 6 millions d’habitants, a été rétrocédée à la Chine par la Grande-Bretagne en 1997 après un siècle et demi de règne anglais. Dans ses rues bruyantes et colorées, on croise toutes les nationalités, toutes les ethnies, venues découvrir le mystère du magnétisme de Hongkong qui captive tant de touristes. En fait, cette cité à l’essor vertigineux, stimulé par la place financière dont elle s’enorgueillit, est également dotée d’une industrie énormément variée entre jouets, horlogerie, électronique, habillement… exportés aux quatre coins du globe. L’Avenue of Stars, adossée à Victoria Peak, une colline à la végétation luxuriante au centre de laquelle jaillissent gratte-ciel et tours des plus modernes, reste le lieu privilégié des vacanciers, là où ils croisent un concentré de toute la planète. Hongkong, quoique redevenue territoire chinois, jouit d’une autonomie spéciale. L’héritage britannique a laissé ses traces en tous lieux. Les édifices à l’architecture coloniale voisinent harmonieusement avec la modernité importée de l’Occident. Le touriste ne se sent pas étranger à Hongkong, l’hospitalité des habitants, la diversité des restaurants, les cinémas, les lieux de loisirs, appellent les voyageurs à y revenir.